Centrafrique : les exactions se poursuivraient à Bambari

Bambari le 24 juin Kangbi-ndara.net Les violences se poursuivraient, encore, en silence dans la Ville de Bambari, contrôlée par la Séléka, après le massacre, hier au Village Ardo-Djibo, de plus de 17 personnes commis par un groupe de jeunes assimilés aux Anti-Balaka. Le bilan humain serait lourd d'après nos sources.

KADJI_0Précisément une semaine après qu’une dizaine de corps portants des traces de tortures ont été repêchés dans la rivière Ouaka, un groupe de jeune isolé se réclamant des Anti-Balaka ont abattu, hier tôt dans la matinée, 18 membres de la minorité peule au Village d’Ardo-Djobi, situé à environ 10 kilomètres de Bambari (Centre-Est). Ce massacre a causé un regain des violences dans ladite ville en début d’après midi.

Contrairement aux informations divulguées par certains médias étrangers relatives à la reprise en main de la situation par la force française de l’opération Sangaris et l’apaisement de la tension, Anthony Fouchard, journaliste free-lance de nationalité française en mission en Centrafrique affirme, ce début d’après midi, sur son profil Tweeter, qu’à « Bambari les exactions se poursuivent plus discrètement selon des habitants joints par téléphone ».

Difficile d'avoir un bilan humain exact ce mardi, par contre certaines sources à Bambari estiment à plus de 50 le nombre des personnes tuées par des jeunes musulmans qui font le porte-en-porte dans la ville depuis hier nuit.

La Ville de Bambari à l'instar de nombreux autres villes du Centre, du Nord et de l'Est demeurent sous le contrôle des combattants de l'ex Séléka. L'Etat-major de l'ex Séléka est basé basé à Bambari dépuis le mois d'Avril dernier.

Comments

comments




Laisser un commentaire