Centrafrique : les heures de Catherine Samba-Panza sont-elles comptées ?

Kangbi-ndara.com / La Présidente de la transition en Centrafrique Catherine Samba-Panza risque fort de battre le record en terme de durée d’exercice en qualité de Chef de l’Etat en République centrafricaine. Les spéculations font état d’une plausible démission de la Cheffe de l’Etat après le retrait du décret  de nomination du Premier ministre Mahamat Kamoun.

cspLa question de démission de la Présidente Catherine Samba-Panza est plus que d’actualité dans le milieu politique locale et a déjà traversé les limites de la République centrafricaine.

De source politique à Bangui, il est en ce moment question de trouver la méthode la « moins humiliante » pour contraindre Catherine Samba-Panza à la démission.

D’après de bribes d’informations sifflées par Paris, Alexandre Ferdinand Nguendet, président du Conseil National de la Transition (CNT) « gesticulent » énergiquement  pour succéder à la Présidente Samba-Panza, de par sa position, mais il est taxé Séléka en raison de son rapprochement à Michel Djotodia, leader de l’ex-Séléka.

Un combat que mène implicitement Jean-Jacques Demafouth, Conseiller en matière de Défense à la présidence centrafricaine séjournant depuis quelques jours à Paris en France pour une raison qui ne dit son nom.

L’intrigue de la destitution de Dame Samba-Panza est, selon certaines sources, un calcul politique sagement posé par le médiateur dans la crise centrafricaine Denis Sassou Nguesso qui auraient approuvé sciemment la nomination d’un Premier ministre susceptible de contestation afin de créer les conditions honorables de sortie de la remplaçante de Michel Djotodia.

Comme annoncé hier dans l’une de nos précédentes publications, Dame Samba-Panza pourrait retirer éventuellement le décret portant nomination de Mahamat Kamoun avant de rendre ultérieurement son tablier, si jamais les spéculations s’avéreraient vraies. Les heures de la Présidente Catherine Samba-Panza sont-elles réellement comptées?

En outre, le nom de Karim Meckassoua, ancien ministre centrafricain réputé loyal et  honnête s’inscrit parmi les présidentiables capables de mieux diriger la transition centrafricaine menant aux élections libres et démocratiques. Cet homme, faut-il le signaler, bénéficie d’importants appuis politiques tant sur le continent qu’à l’international. Karim Meckassoua serait-il le sauveur de la République centrafricaine ?

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire