Centrafrique : l’ombre du chaos plane-t-il toujours sur Bangui ?

Aïda Maïmouna-Kangbi-ndara.net / Bangui risque fort de connaitre de nouvelles recrudescences des violences dans les jours à venir si les négociations de Brazzaville ne répondront pas aux attentes du clan Anti-Balaka. Des instructions allant dans ce sens seraient déjà fournies à certains chefs de groupes des Anti-Balaka de Bangui, apprend-on d’une source anonyme.

abalakaLe relais entre une personnalité politique centrafricaine et les Anti-Balaka a signalé dimanche dernier à Kangbi-ndara.net l’information selon laquelle il se préparerait un soulèvement de grande envergure de nature à secouer la capitale centrafricaine en signe de contestation dans le cas où les clauses des négociations de Brazzaville seraient tintées de partialité.

« Des instructions ont été données à certains chefs de groupes sur le terrain pour préparer des éléments en conséquence ; nous ne savons pas les tournures que prendront la crise avec ce qui sera arrêté à Brazzaville, surtout avec Deby au devant de la toile », a expliqué cette source intermédiaire qui a requis l’anonymat.

 « Si les issues de cette négociation se révèle encore un leurre, mêmes des éléments de Berberati, Boda, Pahoua et d’autres villes de provinces vont se joindre à nous. Nous libérerons toutes les prisons », a-t-il ajouté avant de révéler que les instructions de l’assaut contre la Gendarmerie de Bimbo (sous préfecture de la Lobaye) où plusieurs armes ont été emportées le mois dernier par les éléments de Rambo, chef Anti-Balaka ayant pour base la Cimenterie de Nzila, ont été  données par la personnalité sus mentionnée.

« Les points retenus par la société civile musulmane comme préalables aux négociations de Brazzaville, les rumeurs selon lesquelles le Président Tchadien voudrait imposer un premier ministre Séléka et les arrestations accentuées de quelques chefs des miliciens Anti-Balaka ces derniers temps sont les signaux d’un orage dans le ciel », conclut notre interlocuteur.




Laisser un commentaire