Centrafrique/Elecions : Qui de Francis Bozizé et Sylvain Ndoutingai sera le candidat du KNK ?

Visiblement, il y aurait fortes tensions au sein du parti de François Bozizé. Les élections futures dont la date sera disputée lors d’une concertation politique à venir alimentent les querelles au sein des partis politiques en Centrafrique. Personne n’est sans savoir que depuis l’annonce d’une sanction contre François Bozizé, l’homme est resté longtemps possible dans le silence. Ce qui laisse croire à certaines âmes qu’il souffrirait d’une maladie grave. D’autres l’annoncent dans la capitale ougandaise. Même son parti n’est plus visible en Centrafrique en dehors de quelques sorties médiatiques de son secrétaire intérimaire Bea Bertin. Mais à dire vrai, le KNK n’est plus comme on le voyait il y a deux années.

knkUne réelle autopsie pourrait déterminer les causes de cette mort lente.  Même si son siège national est en train d’être réhabilité, le parti est loin de faire l’unanimité autour d’une candidature unique pour les élections futures. Aussi, il faut penser à faire revenir au ghetto, tous ceux qui ont quitté ou qui ont essayé de quitter le bateau. Beaucoup seraient vus par exemple dans l’UNDP de Michel AMINE ou dans certains partis. Tout simplement parce que le « grand ouvrier » est absent de la maison.  Même si le débat n’est pas encore ouvert, chacun se positionne déjà en faveur de Francis Bozizé et de Sylvain Ndoutingai, deux frères « ennemis »  qui ont secoué la Centrafrique entre 2003 et 2012.

Le premier, lui, n’a fait plus signe de vie depuis la chute brutale de son papa le 24 Mars 2013. Il était vu aux côtés de la dame Samba Panza au forum de Brazzaville. Il était même pressenti ministre dans l’actuel gouvernement, mais il semble que la communauté internationale braquerait encore son radar sur la famille Bozizé. « Mais cela n’empêche pas la famille Bozizé de revenir en Centrafrique et continuer les activités politiques, c’est après tout leur pays » a confié à Palmarès un observateur de la vie politique en Centrafrique.

Francis Bozizé était déjà dans les coulisses, le « favorable » successeur de son pays. Plusieurs exemples en Afrique ont  aiguisé davantage les appétits  de ce jeune Colonel, formé dans l’armée française. Pour les détracteurs de ce dernier, il est trop tôt pour lui de se lancer encore en politique, vu les nombreux dérapages observés sous le régime de son père. Même si certains Centrafricains peuvent témoigner positivement pour lui, on verrait difficile  la communauté internationale accepter un « Bozizé » à la magistrature suprême de l’état. Après tout, les questions politiques centrafricaines se décident et se prennent à l’extérieur, n’est ce pas ?

Le second (Sylvain Ndoutingai) aussi militaire comme le premier aurait mis ses distances avec la bozizie et la question reste de savoir si celui-ci gomme encore le KNK. Pour le moment, l’ancien député de Berberati 1 n’a pas encore dit mot sur sa candidature pour les élections de 2015.  Après son départ du gouvernement de Bozizé, on l’accusait d’organiser un coup de force en vue de destituer son cousin. Chose qu’il a toujours niée. Mais le vrai problème est de savoir, qui choisir au nom du KNK ? Si Francis Bozizé ne serait pas prêt et que Sylvain ne se réclamerait plus du KNK, vaut mieux voir ailleurs. Au sein de ce parti, les cadres ne manquent pas. Même si quelques regards sont projetés sur  l’ancien Ministre, le Général Jules Bernard OUANDET, cet ancien parlementaire, frappé par la vieillesse, ne pourrait pas faire l’affaire. Le doyen KITIKI KOUAMBA n’est plus activable dans le parti. Certains le diraient démissionnaire. De toutes les façons, il faut laisser le temps au temps. Et au dernier moment, on saura la vérité. Mais pourquoi ne pas penser aussi à la candidature du secrétaire général intérimaire de ce parti ? 

Chedly Joukov (journal Palmarès RCA)

Comments

comments




Laisser un commentaire