Centrafrique : qui en veut à Karim Meckassoua ?

Par Joseph Rodrigue Prudence Mayte

La politique a-t-elle dorénavant un problème de terminologie en Centrafrique ? N’est-elle plus l’art de gouverner la cité ? Même si on ne fait pas la politique, il est fortement conseillé de s’y intéresser car elle régit notre vie au quotidien.

mecka domi3En Centrafrique, l’arène politique met habituellement en exergue une kyrielle de foire d’empoigne telle que le bal d’égo, la guerre de positionnement, les crocs-en-jambe etc. Des fois, elle montre à quel point les hommes politiques se bouffent le nez et se tirent réciproquement des balles dans les pieds. En aucun cas, elle n’a été utilisée comme une estrade entourée de cordes pour les combats de boxe entre les leaders politiques. Malheureusement, elle est devenue à l’heure actuelle le terreau de l’attentat à la grenade et si on n’y prend pas garde, elle deviendra dans un avenir proche celui du kidnapping, des poseurs de bombe et des tireurs embusqués.

Depuis que Karim Meckassoua fut pressenti pour devenir Premier Ministre, l’on a assisté a moult manipulation.
Aussi, les Autorités de Bangui, pour combattre sa candidature à la primature, avaient fait appel à plusieurs stratagèmes et surtout utilisé le pouvoir de la rue pour scander des slogans hostiles à son égard. Les salariés de la marche se sont plusieurs fois donnés rendez-vous devant le siège de l’Assemblée Nationale pour protester contre  le soutien apporté par la Communauté Internationale à sa candidature à la primature.

Aussi curieux que cela puisse paraitre, le 23/08/2014 un mystérieux mouvement dénommé les Forces Républicaines pour le Changement (FRC), publiait un communiqué de presse N°001/Cabcemga/2014/08/23, signé par un certain Général Alkhatim Mahamat. Selon le communiqué, Karim Meckassoua serait le candidat idéal pour le poste du Chef de gouvernement et le FRC soutient mordicus sa candidature. Enfin, le Communiqué précisait que la décision devrait être entérinée lors du prochain congrès devant avoir lieu le 27 Aout 2014 à Kaga-Bandoro (Chef lieu de la Nana- Gribizi).
De ce communiqué, plusieurs anomalies méritent d’être relevées. D’abord, il a été publié sous le N° 001/Cabcemga/2014/08/23. Faille t-il admettre qu’avant cette date du 23/08/2014, ce mouvement rebelle n’a pris aucune autre décision durant l’année 2014 ? Comment est-ce qu’une seule décision au cours de l’année peut dresser le lit d’un Congrès ? Supposons que le Congrès du 27 Août 2014 ait eu lieu, quelles étaient alors les conclusions ?

Rappelons également que certains journalistes ont été mis à contribution pour le caricaturer au maximum. Ainsi, des articles de presse dont les plus récents publiés le 03/09/2014 parlent des prétendus trafics de Meckassoua.

La ligne jaune a été franchie ce Mercredi 3 Septembre 2014 quand, vers 4h00 du matin, le domicile de l’ancien ministre a été le théâtre d’un attentat à la grenade. Selon plusieurs sources, l’ancien ministre n’était pas chez lui au moment des faits. Toutefois, il y’ a eu des dégâts considérables.

A ce stade, il est important qu’on s’interroge à haute et intelligible voix. Qui veut attenter à la vie de Karim Meckassoua ? Cet attentat est-il lié au récent quiproquo sur le choix du Premier Ministre ? En sus, n’est-il pas d’une étrange coïncidence que ces articles soient publiés le même jour du drame ? Qu’à cela ne tienne, y’a t-il un lien entre l’auteur du Communiqué de FRC et ceux des articles satiriques ?

Quoi qu’il en soit, plusieurs appels téléphoniques suspects auraient été interceptés ces temps-ci par les autorités françaises. Il semblerait que plusieurs agents français sont entrain de faire le recoupement sur le terrain à Bangui. Pendant ce temps, nous continuons à utiliser des mots contre ces maux.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste

Comments

comments




Laisser un commentaire