Centrafrique : six centrafricains capturés par l’armée tchadienne à la frontière nord-ouest

Kangbi-ndara.com / Des éléments de l'armée tchadienne ont enlevé 6 centrafricains lors d’une incursion surprise jeudi à Ngaoundaye, ville frontalière avec le Tchad dans le nord-ouest de la République Centrafricaine.

armée tchadienneLa capture a été menée en représailles à un acte criminel commis sur le territoire tchadien par des éléments présumés du mouvement Révolution Justice – RJ (un groupe armé très actif dans le nord de la RCA), d'après une source locale. « Ce sont les ex RJ. Ils sont rentrés au Tchad, ils ont tué deux personnes pour prendre leurs bœufs, donc deux bœufs et une bicyclette, qu’ils ont ramenés à Ngaoundaye », explique Bernard Dilla, prêtre à l’église catholique de Ngaoundaye.

« C’est donc en réaction à cet acte criminel que l’armée tchadienne a investi le territoire centrafricain pour faire prisonniers 4 femmes et 2 hommes qu’ils ont ramenés au Tchad », a-t-il ajouté.

Depuis que ces six habitants sont embarqués manu – militari au Tchad,  la ville de Ngaoundaye est presque vidée de sa population, selon le religieux. La population a pris au sérieux la menace proférée par ces soldats tchadiens de revenir sur leurs pas.

Les présumés auteurs de l'acte perpétré au Tchad sont arrêtés et en train d’êtres remis à la MINUSCA. Des contacts se nouent en ce moment pour obtenir la libération des captifs innocents. « J’ai contacté personnellement le sous-préfet de la ville tchadienne voisine où le forfait a été commis pour faire part de notre bonne volonté… Nous avons effectivement arrêté les six jeunes, auteurs de ce forfait. Nous allons les mettre à disposition de la justice centrafricaine via la Minusca qui se trouve dans notre zone », a rassuré Abbé Bernard Dilla.

Les tractations étaient engagées vendredi entre la ville centrafricaine de Ngaoundaye et les autorités tchadiennes pour obtenir la libération des 6 centrafricains. « Le sous-préfet de la ville de Bebitoy au Tchad m’a rassuré qu’il va faire de son mieux pour que les captifs soient libérés dans un délai raisonnable », a ajouté le prélat.

A en croire ce religieux, les soldats de l'armée tchadienne sont à leur troisième incursion à Ngaoundaye en l’espace de 2 mois. Il interpelle le gouvernement sur cette situation qui inquiète.

Tim Barès