Centrafrique : suspens pour le choix du candidat du KNK à la présidentielle 2015

Kangbi-ndara.com / Mis brutalement sur le banc de touche par l’ancien chef rebelle Michel Djotodia, le frère ennemi de François Bozizé, président fondateur de ladite formation politique, le parti travailliste centrafricain né de la Convergence KNK dans la région de la Lobaye à M’baïki en 2009 lors de son assemblée générale constitutive, a du mal aujourd’hui à choisir son candidat pour la présidentielle de 2015 après le coup d’Etat du 24 mars 2013. Ce grand parti qui s’est imposé parmi tant d’autres quand il était au pouvoir a réussi à s’installer sur toute l’étendue du territoire plus ou moins comme le MLPC, le RDC, le CRPS et le FPP en convalescence pour ne citer que ceux-là. Sa dernière assemblée présidée par le Secrétaire général du parti, Bertin Déa, coïncidait avec la tenue de pourparlers de Nairobi qui a réuni par contre les deux anciens chefs d’Etat centrafricains, François Bozizé et Michel Djotodia ainsi que leurs délégations respectives. Selon le porte-parole de François Bozizé, les protagonistes ont signé un accord de paix, de la sécurité et du dialogue. Ils encouragent les bandes armées, Antibalaka de François Bozizé et Séléka de Michel Djotodia de déposer les armes et de se pardonner a-t-il dit. Mais la réalité démontre le contraire sur le terrain. Les bandes armées continuent de commettre des exactions contre la population centrafricaine.

Les-militants-du-KNK-à-BanguiSuite à la perte du pouvoir au profit de la coalition séléka de Michel Djotodia, le parti KNK de François Bozizé a enregistré trop de défections. Beaucoup de militantes et militants de ce parti ont transhumé en faveur d’autres partis politiques parce que pour eux, le parti KNK qui a déçu la jeunesse n’a plus d’avenir. On peut souligner que ce mouvement transitoire de militantisme indigné n’est pas nouveau dans le paysage politique centrafricain. Des grands partis politiques comme le MLPC de feu Ange-Félix Patassé, le RDC de feu André Kolingba, le FPP de feu Pr Abel Goumba en sont victimes et en souffrent depuis la disparition de leurs leaders charismatiques.

Avant la chute de François Bozizé du pouvoir, le parti KNK était en ébullition à cause de plusieurs tendances et leaders qui se démarquent pour remplacer le président fondateur qui a déjà brigué deux mandats à la tête du pays après sa victoire de 2005 et 2011. Il s’agit notamment des caciques de KNK tels que Jean Francis Bozizé le fils aîné de François Bozizé, Sylvain Ndoutingaïpuissant ministre d’Etat qui serait certes candidat indépendant après son exil, Fidèle Ngouandjika qui aurait retiré sa candidature pour la future présidentielle, et Parfait Mbay qui n’a pas encore dit son dernier mot. Tous étaient des ministres d’Etat et ministres incontournables au sein du gouvernement du parti KNK.

Le président fondateur du parti est très mal placé pour s’annoncer comme candidat du parti à la prochaine présidentielle puisqu’il est poursuivi par la justice internationale (CPI). Son nom et le nom de son fils Jean Francis Bozizé sont cités dans la liste des personnalités publiée par la France et probablement par la Cour Pénale Internationale. Leurs comptes bancaires ont été gelés pour détournements des deniers publics. Lors de la réunion de porte-à-faux de Nairobi au Kenya, les deux camps auraient conclus l’amnistie générale et demandé une 3ème transition rejetée par le gouvernement centrafricain et le dernier sommet des chefs d’Etat de l’UA à Addis-Abeba. Au finish, les aspects critiqués ont été balayés, dit-on.

En 2009, lors de la première assemblée générale du parti KNK, le conseiller de l’ancien président François Bozizé, Joseph Kitiki-Kouamba a été porté à la tête du parti. Il était assisté de plusieurs vice-présidents dont l’ancien président de l’Assemblée nationale, Célestin-le-Roy Gaombalet comme premier vice-président, l’ancien premier ministre, Faustin-Archange Touadera comme deuxième vice-président et bien d’autres personnalités de KNK, pas des moindres. Le problème est de savoir aujourd’hui parmi ces caciques de KNK qui sera le candidat du parti Kwa na kwa de François Bozizé qui a perdu le pouvoir à la présidentielle de 2015 au mois de juin.

 

Pierre Inza

 

Comments

comments