Centrafrique : une histoire de fesses et de « beau-frerie »au palais de la Renaissance

Kangbi-ndara.com / Le Premier ministre Mahamat Kamoun entretiendrait des relations extraconjugales avec Christelle Sappot, fille et cheffe de Cabinet de la Présidente Catherine Samba-Panza.

histoire de fessesNommé le 10 Aout 2014 en remplacement de l’ancien premier ministre André Nzapayeke, le nouveau premier ministre Mahamat Kamoun qui se trouve être la « tête pensante » du leader de la Seleka Michel Djotodia, a rapidement été l’objet de contestation qui continue.

D'ailleurs, aussi bien de la part de la Seleka dont il est issue que de l’opposition démocratique, la société civile ou encore l’opinion internationale. Mahamat Kamoun n’est qu’un « sous-fifre » qui a été placé à ce poste par la maman nationale, « maman ti a antibalaka na a seleka », comme aiment se le dire les Centrafricains, pour un but précis, si officieux soit-il.

Peu importe. Présenté par dame Samba-Panza comme le « meilleur » d’entre les meilleurs candidats au poste de premier ministre, Mahamat Kamoun est-il réellement l’homme de la situation ? Un technocrate ? Un « mangeocrate » Un « sous-fifre » ? Autant de questionnements qui laissent pantois plus d’un Centrafricain quand on sait que depuis toujours, il est dit que quelque soit la longueur de la nuit, le jour finit par paraître. Et de un, voulions nous dire, il y en a de deux. Soit !

Et de un…

Dis moi qui tu es, je te dirais qui je suis, a-t-on coutume d’entendre les gens se le dire. Dans ce « pays de paradoxe et de records négatifs » comme aimait le dire solennellement feu, Me Zarambaud Assingambi, il y a toujours des faiseurs de roi ou des faiseurs de « reine ».

Et l’actuelle présidente de la transition, a aussi son faiseur de reine qui n’est personne d’autre que Mme Ngakola, actuelle Directrice générale de la Douane qui est arrivée à ce poste après l’élection de Mme Samba-Panza comme Présidente de la transition. Car il faut le dire, c’est chez Mme Ngakola qu’avait été érigé, le Quartier Général (QG) de campagne de l’actuelle présidente de la transition. Et dire que Mme Ngakola n’est personne d’autre que la dame de fer de l’actuel Premier ministre Mahamat Kamoun qui lui « tape » dans le dos, en entretenant une « relation » avec sa dame de « cœur », la fille de sa maman Présidente.

Excusez de peu ! Tous (Présidente et son chef de cabinet particulier, PM, DG de la douane), ont un trait commun : l’argent. Et comme le dit la maxime, « qui s’assemble se ressemble ». Et en coulisses, ça se sait que cette galaxie au pouvoir en Centrafrique ne lésine pas sur les moyens pour se faire du fric aussi illicitement que rapidement et cela, sans cause. Histoire de s’offrir un exil doré au cas où il arrivait que cette transition tumultueuse prenne fin. Tant il est evident que les jours qui passent ne se ressemblent pas mais qu’il n’y a que ceux qui s’assemblent qui se ressemblent car partageant les mêmes idéaux d’enrichissement illicite et sans cause. Bref, comme le disait un journaliste centrafricain, « on ne s’accroche pas à un ministre
impopulaire » mais si on s’y accroche, il y a bien une raison n’est-ce pas ?
 

Et de deux

Abstraction faite de tout commentaire même élogieux qu’on pourrait bluffer le premier ministre Mahamat Kamoun, il y a, à côté des raisons officielles qui ont présidé à sa nomination, des raisons «
souterraines » pour ne pas dire officieuses. Et si on vous disait que la surenchère des Seleka, de l’Opposition démocratique et de la société civile au lendemain de la nomination de Mahamat Kamoun au poste de premier ministre avait pour nom Christelle Sappot ? A ce niveau, cela semble compliqué n’est-ce pas ? Bien entendu, Christelle Sappot – la fille de sa mère – n’est personne d’autre que le Chef de Cabinet particulier de sa mère de Présidente, Catherine Samba Panza. Cela se sait déjà n’est-ce pas ? Mais ce qui se sait et qui n’a jamais été dit tout haut, c’est le genre de relation
qu’entretenait et que continue d’entreprendre le premier ministre, Mahamat Kamoun avec la fille de la Présidente de la transition, Christelle Sappot. Est-elle sa concubine ? La question se pose et les
indiscrétions proches de la présidence de la République tout comme de la Seleka, semblent l’attester. « Christelle est la concubine de l’actuel premier ministre depuis longtemps. Avant même qu’il soit nommé à ce poste. Cela se sait depuis et ça se dit dans les couloirs à la Présidence de la République. Mais comme vous le savez, ces choses là, ne se disent pas haut. Allez-y comprendre », déclare sous couvert de l’anonymat, un responsable à la Présidence de la République, contacté par Kangbi-ndara.

Mais c’est plutôt du coté de la Seleka que la réponse est somme toute évidente. « Monsieur le journaliste, si on l’avait dit, on nous aurait taxé d’intrusion dans la vie privée des gens. Mais comment peut-on accepter que la Présidente de la transition qui doit gérer des urgences pour une véritable réconciliation en Centrafrique puisse nommer son beau-fils au poste de premier ministre ? ».

Et à la question du journaliste kangbi-ndara.info de savoir qui est ce premier ministre de beau-fils et comment peut-il le prouver, la réponse est sans appel : « Je suis seleka, j’ai travaillé à la Présidence de la République ensemble avec l’actuel PM quand il était Directeur de Cabinet de Michel. Je sais tout cela et lui-même sais que je sais. Par respect pour lui, je ne vais pas m’afficher, c’est pourquoi je parle sous couvert de l’anonymat. Pensez-vous que la Seleka l’a répudié pour rien ? C’est parce que les Seleka savent qu’il est arrivé à ce poste, non pas parce qu’il est le plus compétent d’entre tous mais bien parce qu’il est le beau-fils de la Présidente ». Que dire de plus ?

Khalif Abdoul

(Image photo de Corbeaunews)

 

Comments

comments




Laisser un commentaire