Centrafrique : « une scène de désolation totale » signée Séléka

Kangbi-ndara.net/ Il ne reste plus que les ruines des villages situés aux abords de l’axe Bambari-Sibut (Centre) d’après les constats faits par un éditorialiste centrafricain de retour d’une mission dans cette région. La quasi-totalité des habitants des villages incendiés trouvent encore refuge en brousse.

Tchad-Village-Incendie-1« C’est une scène de désolation totale, tous les villages ont été méthodiquement mis à feu par des combattants de la Séléka. Il est rare de percevoir un paysan en ces lieux. Les quelques rares personnes rencontrées nous indiquent que ceux qui habitaient ici ont élu domicile en brousse depuis plusieurs mois », rapporte un journaliste centrafricain de retour d’une mission dans les localités de Sibut et Bambari (Centre) pour le compte du gouvernement de Centrafrique.

 « Les conditions de vie des personnes refugiées en brousse, près d’un millier, sont criardes. Elles ne bénéficient d’aucune aide des ONG humanitaires de la place ; elles ne survivent que grâce  à la nature ; ni les médias étrangers ni les médias locaux et encore moins les autorités locales n’en parlent », regrette le professionnel des médias après constatation ce début mai.

Hyacinthe, jeune habitant de Sibut, espère toujours qu’il adviendra le moment où les nouvelles autorités centrafricaines feront preuve d’attention aux personnes nécessiteuses retranchées dans la brousse, entre Sibut et Bambari, en proie à la Séléka et aux aléas du temps.

Le tronçon Sibut-Bambari et les environs sont avant et après la démission de l’ancien Président Michel Djotodia toujours sous le contrôle des ex combattants de la Séléka même si les forces étrangères de maintien de la paix y patrouillent quelques fois. C’est non loin de cette localité que le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) relocalise depuis peu plusieurs centaines des musulmans centrafricains.

 




Laisser un commentaire