Centrafrique : Yvon KAMACH, une lueur d’espoir pour le sport olympique centrafricain

Kangbi-ndara.com / Plus que quarante huit heures pour élire les nouveaux membres du  bureau du Comité National Olympique et Sportif Centrafricain (CNOSCA). Yvon KAMACH et Gilbert GRESENGUET sont les deux candidats au poste de présidence de cette institution sportive. Ils seront 25 présidents des fédérations sportives à élire le nouveau bureau du CNOSCA.

DSCN7387Depuis sa première participation aux jeux Olympiques en 1984, le Centrafrique n’a enregistré aucune médaille. Pour redynamiser ce secteur en mal de gestion depuis près de trois décennies, un centrafricain de la nouvelle génération, nanti de moyens conséquents  pour redonner un nouvel élan aux sports olympiques nationaux s’engage en postulant pour la présidence du CNOSCA. Yvon Kamach, fils du feu Joseph Icham Kamach, sportif pluridisciplinaire d’une quarantaine d’années et premier vice-président du CNOSCA depuis quatre ans, se veut le candidat de l’innovation et des grands défis.

« Nous avons le devoir, nous les dirigeants sportifs de pouvoir accompagner, ces jeunes-là qui ont choisi le sport comme métier, de pouvoir  développer leur talent et devenir des athlètes de haut niveau afin de pouvoir représenter notre pays dans des compétitions internationales », propos d’Yvon KAMACH à Kangbi-ndara.

Pendant 28 ans le CNOSCA, dirigé par Jacob GBETI n’a osé le défis du semi-professionnalisme à l’instar de plusieurs pays de la sous-région. Fort de ce constat d’échec,  Jacob GBETI décide de ne pas être candidat à sa propre succession en cédant sa place à la nouvelle génération.

L’optimisation des qualifications est au centre de son projet. Yvon KAMACH, par le biais de sa vision stratégique compte restructurer la gestion de sports au pays de Barthelemy BOGANDA. Il projette la construction d’un immeuble pouvant servir de nouveau siège du CNOSCA.

Dans un entretien avec la presse locale le samedi 9 mai 2015, Yvon KAMACH pratiquant le judo, le taekwondo, le basketball, la natation, la boxe et bien d’autres disciplines a parlé du semi-professionnalisme dans sa projection à moyen et long terme. Le sportif étant lui-même acteur principal qui incarne l’existence de sports sera le premier bénéficiaire des projets mis à sa disposition.

C’est en grandissime favori qui part à cette élection. Beaucoup de sportifs interrogés se sentent abusés et veulent un souffle nouveau. Comme tous les sportifs en Afrique, athlètes et pratiquants des disciplines sportives  rêvent d’atteindre le haut niveau. Le sport ne commence pas qu’avec les sportifs, le sport commence avec son environnement. Les clubs comme les fédérations, pour la plupart n’ont pas de siège. Le sport en Centrafrique regorge beaucoup de talents qui n’attendent qu’un bon management pour donner des résultats satisfaisants vers de gros succès dans les compétitions internationales. Beaucoup d’analystes voient en Yvon KAMACH, la solution salvatrice.

 

Juvénal KOHEREPEDE

 

 

 

 

 

Comments

comments