Choix de nouvelles autorités : le Président Touadera brille dans le clientélisme, l’affinité, le régionalisme

Kangbi-ndara.info/ L'on ne comprend plus rien de la rupture qu'entend promouvoir le président Faustin Archange Touadera dans la gestion de son régime. La dernière vague des personnalités qui sont nommées la semaines passés aux différents postes de responsabilité à l'Etat Major des Armées ne nous dira pas le contraire. Aux différents postes ce ne sont que des parents, anciens dignitaires du KNK et des repris de justice qui reviennent aux affaires. Touadéra à donc trahi la confiance que le peuple lui à placer.

 ggEn nommant le général de brigade Ludovic Ngaïfeï, ancien sous-chef d’état–major sous François Bozize chef d’état-major des armées Faustin Archange Toudera a failli à son pouvoir discrétionnaire car tous le monde le sais que l'élite de l'armée centrafricaine sous le régime Bozizé n'a rien fait pour stopper la progression des rebelles de la Séléka.

Il fait appelle à trois adjoints qui sont officiers de l'armées nationale d'être à ces cotés il s'agit notamment du  Colonel Victore Yacoub (sous-chef d’état major des armées), le lieutenant Colonel Ismaël Kouagou (sous chef d’état-major chargé de la planification) et le lieutenant colonel Isidore Ngreppe (sous chef d’état-major chargé des opérations).

Jean pierre Dolle Waya, général de division et ancien chef d’état-major à l’époque de Michel Djotodia est nommé inspecteur général des armées tandis que le commissaire général Guillaume Lapo devient secrétaire général du Conseil supérieur de la défense.

Le poste de directeur de cabinet du ministère de la défense revient au colonel Malengué Papillon et celui du grand chancelier à la présidence de la République est confié au général de brigade Bertrand Mamour.

Ces nominations font l’objet de décrets signés ce jour et rendus publiques par des sources de la présidence de la république. " Nous constatons aucun changement dans la gestion du Président TOUADERA et celle de la période de BOZIZE. ce sont les même personnes qui reviennent. C'est pas normale il nous rends pas service nous on pensait qu'il allait écarter tous ces derniers qui ont deja prouvé leurs limite dans la gestion des affaires de l'Etat. C'est dommage… s'indigne Hervé NDOKE un observateur de la vie politique.

Depuis la nomination des personnalités aux postes de responsabilité à la présidence de la république constate un politicien de la place, ce ne sont que des gens qui n'ont pas leurs place à des hautes fonctions de l'Etat qui étaient nommées. Certains ont enterré les entreprises publique alors que d'autres sont auteurs de détournement des deniers publics et brillent dans l'incapacité notoire.

En attendant le bilan des 100 premiers jours au pouvoir, Touadéra à déjà rater sa politique à la tête de l'Etat. Sa cote de popularité de nos jours est à 76%.   

                                                                                                                     Igor Djeskin SENAPAYE

Comments

comments




Laisser un commentaire