Chômage massif à Batalimo : « Si l’IFB ne… qu’elle déguerpisse », Thierry Georges Vackat

Kangbi-ndara.info/ Au total 236 employés de la société française Industrie Forestière de Batalimo (IFB) mis au chômage depuis ce début novembre 2016 pour des raisons de conditions climatiques empêchant d’alimenter le parc et l’évacuation de grumes à l’exportation. Face à la situation et les remous causés dans la ville de Batalimo par cette décision, le député de la Circonscription de Mongoumba Thierry Gerges Vackat, au cours d’une conférence qu’il a organisé ce 17 novembre dans les locaux de l’Assemblée nationale, rappelle l’IFB à l’ordre et se dit favorable à la fermeture de cette société qui selon lui viole à répétition le code forestier centrafricain.

vacatL’activité d’exploitation des forêts de la Lobaye entreprise par l’IFB depuis 1945 tourne au ralentie depuis les trois dernières années et plus particulièrement ce mois de novembre après la mise en chômage de 236 employés de cette entreprise. D’après une correspondance de la Direction générale de l’IFB au Directeur Régional du Travail du Sud Ouest à Mbakï en date du 02 novembre 2016, la société s’est plainte des conditions climatiques.

« Suite aux intempéries liées à la saison des pluies, nous ne sommes plus en mesure d’alimenter le parc scieri et d’assurer les évacuations des grumes à l’exportation. Fort de ce qui précède, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous autoriser la mise en chômage technique partiel du personnel pour une durée de 2 mois.Il est entendu que si les conditions climatiques s’améliorent ce délai sera écourté », a écrit la Direction de l’IFB au Directeur du Travail de la préfecture de la Lobaye.  « Ainsi, j’ai l’honneur de marquer mon accord pour la mesure envisagée » réponse de Monsieur Réné Jean Firmin Nzanga, Directeur Régional du Travail du Sud Ouest.

Pour Thierry Georges Vackat, il y a du blanc dans la conduite de l’IFB ainsi que de l’autorité choisie d’informer pour la mise en chômage du mois de novembre à Batalimo. « Le ministère de tutelle n’a pas été informé ni mis à contribution. L’IFB n’est pas à son premier forfait car  elle corrompt l’administration préfectorale pour obtenir ce qu’elle veut en déphasage avec les visions de l’Etat visant à réduire le chômage dans le pays », fustige Thierry Georges Vackat.

Le député de Mongoumba d’indiquer que IFB est le responsable numéro 1 de l’appauvrissement de la population de Mongoumba car « L’IFB ne pense qu’à l’IFB » et que les forestiers ne tirent nullement profit de la présence de cette société française depuis qu’elle exploite dans la région. « Si l’IFB ne répondre aux conditions qui lui sont posées par l’Etat et la population de Mongoumba, qu’elle déguerpisse. Nous trouverons une autre société qui fera mieux et aidera notre pays à s’affranchir », menace l‘honorable Thierry Georges Vackat avant d’inviter les professionnels des médias nationaux à effectuer des descentes à Batalimo pour palper la réalité des populations vivants sous le seuil de la pauvreté.  

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire