Coalition politique « E zingo Biani » : Didacien Kossimatchi se dit prêt à sortir les dossiers sales

Kangbi-ndara.info/ Le contrôle de soi n’est pas défaillant mais Blaise Didacien Kossimatchi fait le choix des mots lapidaires pour brosser à sa manière le profil de certains acteurs politiques et de la société civile réunis au sein de la coalition politique baptisée « E Zingo Biani ». Une nouvelle alliance politique que Kossimatchi ne dissocie pas de l’ex-Séléka.

Ci-dessous la réaction intégrale de Blaise Didacien Kossimatchi hier 30 mai 2019

« Ce sont des partis politiques alimentaires ? Ils se réunissent avec les opposants masqués du groupe de travail de la société civile. Ensemble, ils représentent la ligue des situationnistes politiques en ébullition. C’est clair, ils exploitent le massacre perpétré à Paoua par les hommes du 3R de Sidiki pour tromper le sentiment du peuple. La justice va faire son travail contre Sidiki et ses criminels. Faute du  comportement acariâtre sur le plan politique de ces leaders politiques, parce qu’ils ne visent que l’intérêt de leurs panses, leur intérêt catégoriel, du coup, leurs militants les quittent. Leur bateau est en train d’être vidé au profit du MCU.

C’est à cause de ceux qui représentent la majorité des signataires de cette coalition qu’aujourd’hui le pays peine à se relever.

Ces fauteurs de troubles dont Alexandre Ferdinand Nguendet, ce petit troubadour politicien connu de tous les centrafricains pour avoir organisé une marche pacifique de soutien à la Séléka se permet de prétendre vouloir gouverner les Centrafricains. Qui est dupe ? Nguendet a aussi du sang innocent sur ses mains comme Crépin Mboli Goumba.

Il y a aussi Abdou Karim Meckassoua, qui a été éjecté au perchoir par les députés à cause de ses malversations financières et de son intelligence avec les mercenaires. Il avait engagé des mercenaires tchadiens pour tuer physiquement le Chef de l’Etat. Puisque les vielles habitudes ont lavie dures, Meckassoua est toujours derrière plusieurs coups bas enregistrés ces derniers dans le pays. Il se fait représenter en signature par un bébé politicien du non de Gildas Carême Benam.

Quelqu’un comme Dominique Yandoka, ce trafiquant de drogue, trafiquant de stupéfiant, prétend être un opérateur économique or nous savons qui il est réellement. Yandoka a été la cause de la perte de plusieurs centrafricains et panafricanistes dans des maisons carcérales en France. Ce narco trafiquant déçu pour n’avoir pas gagné le marché de conception et de sécurisation des documents administratifs, fait équipe avec les bourreaux déguisés des centrafricains.

Quant à Jean Serge Bokassa, ce petit métisse et grand chanvreur patenté, connu par les garnements au Parc du Cinquantenaire à Lakouanga, ce psychopathe, se veut aussi un donneur leçons. Qu’il se donne d’abord leçon.

Je ne vous apprends rien. Anicet Georges Dologuele ne peut nier ses liens de parenté avec Beninga de la Société civile. Par Beninga, Doleguele est de facto le parrain du groupe de travail de société civile. C’est pourquoi tout le monde considère le groupe de travail de la société civile comme une opposition masquée.

Sachez que de tous, c’est une haine viscérale que Bertin Béa développe contre la personne du Président Touadera. Béa est un homme qui a un gros appétit. Il avait dit, lors des compagnes électorales, à tout le monde de soutenir l’URCA parce qu’il avait empoché 400 millions de FCFA de Doleguele. Ses instructions ont-ils été suivies Tout récemment il a été nommé ministre mais son appétit démesuré s’attendait à un poste de ministre d’Etat. A partir de maintenant, nous allons sortir des dossiers sales les concernant.

Pour Gervais Lakosso, je vous dis qu’il est un prisonnier ambulant. Son cas sera très bientôt réglé par la justice nationale.

Ces dangereux leaders politiques exploitent le sentiment des gens mais les Centrafricains ne sont pas derrière eux. En dehors de ces véreux politiciens, personne n’a intérêt que le pays soit encore déstabiliser au nom d’une coalition quelconque, fut-elle politique ou militaire. Pour l’instant, nous prenons acte de tout ce qu’ils font. Ils auront des surprises désagréables.

Nous avons une pile d’informations sur leurs faits et gestes. Ils se préparent à des actions subversives. En face nous sommes prêts. Toutes nos bases sont prêtes à les affronter physiquement et par tous les moyens. Ils ne nous font pas peur parce que le peuple n’est pas avec eux. La population a trop souffert à cause d’eux ».

Aussi, Bendounga, cet éternel opposant, un fauteur de trouble. Le ministre des bœufs du Gouvernement Tiangaye sous la présidence de Djotodia, parce qu’il aime trop les bœufs. Bendounga est remonté contre Touadera parce qu’il s’attendait à un poste politique lui permettant de se rattraper après tout le temps perdu. Il n’est pas le seul, nous sommes aujourd’hui plus de 5 millions. S’il dort aujourd’hui sous une bâche c’est de sa propre faute et non celle de Touadera ou de ce régime. Les banques ont saisi tous ses biens. On ne peut que comprendre les négatives motivations d’un tel homme.

Comprenez que ce sont des affamés qui se liguent en club des malfaiteurs politiques au nom de « E zingo bian. Ils ont déjà montré leurs limites, qu’ils laissent les Centrafricains tranquille.




Laisser un commentaire