Complot au sommet de l’institution judiciaire : première arrestation arbitraire du régime Touadera ?

Kangbi-ndara.info/ Rebondissement dans l’affaire de « rétorsion de fonds » sur un sujet vraisemblablement sino-espagnole dans la Mambéré Kadéi ayant couté la prison a deux centrafricains. Les détenus Daniel Nzewe et Jean Christophe Robembe clament leur innocence et  dénoncent l’injustice judicaire dont ils en sont victimes. Ils pointent du doigt les autorités judiciaires actuelles en particulier l’actuel Directeur de cabinet du ministre de la justice qui profiterait de la situation pour régler un vieux compte à Jean Christophe Robembe.

Daniel Nzewe

danielDe la prison carcérale de Ngaragba, dans le 7e arrondissement de Bangui d’où, Daniel Nzewe, un des présumés complices de « l’extorsion de fonds » purge sa détention provisoire depuis plus d’une semaine sur instruction « d’En haut », met en circulation un document poignant pour dissiper le brouillard qui couvre les causes réelles de sa détention et la plainte établie par Yao Ye Yongson. Une affaire de justice que Nzewe se persuade qu’elle devrait peser sur le plausible sino-espagnole Yao Ye Yongson appréhendé et arrêté dans une zone minière interdite aux étrangers située dans l’Ouest de la Centrafrique. Cette intrusion répréhensible par la loi centrafricaine lui a valu la saisie de ses appareils détecteurs de pierres et métaux précieux et une somme d’environ 24 millions de FCFA par le ministère centrafricain des mines au profit d’une Coopérative locale d’artisans miniers pour cause d’utilité publique. Il s’agit de la Coopérative des Artisans Miniers de Carnot (CAMCA).

Ya Ye Yongson appréhendé et dépouillé s’érige en victime et prend pour responsable direct de sa mésaventure le Ministère centrafricain des Mines avec complicité de ses trois anciens partenaires notamment l’honorable Thierry Géorges Vackat, Daniel Nzewe et Jean Christophe Robembe.

En effet, d’après un document signé des autorités centrafricaines le 03 janvier 2016, Yao Ye Yongson disposait d’une autorisation légale de sillonner les zones minières protégées de Centrafrique pendant un mois, ce délai passé il serait en infraction. Pour avoir dépassé le délai fixé, il s’est fait arrêter pour infraction le 24 février 2016 dans une auberge à Carnot avec des appareils destinés à l’achat de métaux et pierres précieux.  Yao Ye Yongson met deux cordes à son arc en engageant certains médias nationaux pour dénoncer selon lui le complot dont il serait objet.  D’après les informations en possession de Kangbi-ndara, bon nombre des médias utilisés par Yao Ye Yongson ne seraient encore payés pour le travail accompli et qu’ils menaceraient déjà de saisir la justice pour non paiement de facture (à vérifier au kiosque du Geppic au centre Bangui).

Le détenu provisoire Daniel Nzewe impliqué dans cette affaire pour complicité avec le ministère centrafricain des mines de révéler « qu’après la confrontation avec Yao Ye Yongson à la Section des recherches et des investigations (SRI) précisément à la Brigade économique, aucun élément constitutif d’une infraction n’a été relevé contre nous. Une arrestation est inopportune en l’espèce. Malgré les multiples insistances des officiers de police judiciaire qui avaient la conscience troublée de garder des innocents aux arrêts, le Procureur persiste et signe que même si les faits soient établis ou non, nous devons être seulement aux arrêts

Certaines de nos sources proches des services judiciaires à Bangui d’indiquer que, les enquêtes préliminaires ne révèlent aucun cas de rétorsion de fonds ni d’abus d’autorité figurant dans la plainte de Yao Ye Yongson mais que les faits doivent être simplement requalifiés. Nos voix discrètes auprès de la justice centrafricaine s’interrogent aussi du motif de l’arrestation provisoire et arbitraire de Daniel Nzewe et de Jean Christophe Robembe à la prison carcérale de Ngaragba.

Pour une compréhension partielle de cette affaire, Kangbi-ndara mettra demain à disposition de ses lecteurs la note rédigée par Daniel Nzewe depuis Ngaragba.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire