Contre réaction: Simon Komon répond à l’article les « hâbleries » d’Akandji Kombe sur Africa24

Réactions

Je suis un de ceux qui ne partagent pas tout ce que certains compatriotes disent sur la situation de notre pays, surtout durant cette periode tumultueuse de son histoire. Par exemple, accuser le premier Grebada d’etre pro-Russie, alors que les efforts de ce dernier ont permis au gouvernement d;avoir de l’aide de la Russie pour reformer ou recycler les FACA et pour en recruter et former de nouveaux soldats. On devrait honnetement lui dire merci, compatriote Grebada, de ce que vous avez fait. D;autres compatriotes, surtout ceux qui vivent en France, ont meme denonce certains editorialistes de quelques journaux nationaux d;etre enemis de la France, car ces derniers ont pris position en faveur de la Russie pour le soutien que ce pays apporte a notre pays. Je me souviens avoir vu le nom de Nalimo Patrick, de Kangbi Ndara, parmi les gens denonces par ces medias que je peux appeler pro-France. Une question qui me vient a la tete est la suivante: Ou est rendue la RCA avec tous ses presidents et premiers ministres pro-France ou pro-Ouest depuis 1960, date de notre independance.

Cependant, le compatriote Akandji Kombe dit cette fois-ci haut ce que beaucoup de Centrafricains disent a voix basse. Quand on suit l’evolution des choses au niveau du parti Coeurs Unis, on peut sans se tromper dire que le president Touadera est motive par sa re-election. Comment se depecher de nommer et d;installer les bourreaux du peuple dans des hautes fonctions dans des regions encore sous le controle de ces groupes rebels sans prendre des mesures necessaires pour eviter toute derive de leur part, surtout eux qui ont seme tant de pertes de vies humaines. S;assurer que ces derniers comprennent la gravite de leurs actes et la necessite d;avoir de la compassion pour les victimes, ce n’est pas chercher la vengeance, mais au moins apaiser les douleurs des populations ne fusse faire de remords et d;engagement verbalement, afind de donner la chance au peuple de se reconcilier. Souvenez-vous que les populations de notre pays ont vecu en paix jusqu;en 2013, jour de la prise du pouvoir par les Seleka avec leur chef Michel Ndjotodia.  Les preuves recentes, surtout les tueries et destructions des villages dans le nord-ouest (region de Paoua) par certains rebels, montrent que certains de ces groupes n;ont pas compris ni tire de lecon de leurs actes.  

Et en depit de toute cette situation tendue, le parti Coeurs Unis du president Touadera se livre, par la voix de ses griots, a des denonciations falacieuses de toute personne qui ose denoncer toute forme d;abus du pouvoir.  On peut s;interroger sur toutes les demarches de ce parti (Coeurs Unis) pour, soi disant,  la mise en place de ses structures de base, tant a Bangui que dans certaines regions provinciales. Pourquoi les autorites peuvent-elles autoriser des reunions de ce parti et s;opposer a toute reunion par un autre parti.  N;est ce pas qu;en mettant en place les structures de base de son parti et en muselant les autres partis politiques, le president n’est il pas entrain de s;assurer d;etre en avance sur tout le monde lorsque viendra le moment de faire la campagne electorale. Qui osera defier ces chefs rebels pour qu’ils n’empêchent pas les autres candidats de faire campagne dans leurs zones d;occupation. Ils savent qu;ils doivent leurs fonctions au president Touadera. On n’a pas besoin d;attendre 2020-2021 pour voir clair. L;horizon se dessine maintenant.

Simon Komon, Bea Ngouyombo sereze7@gmail.com




Laisser un commentaire