Coup d’Etat avorté en Guinée : Obiang N’Guema accusé de la mort d’un détenu centrafricain au Cameroun

Kangbi-ndara.info/ Déjà un mort parmi les présumés mercenaires centrafricains recrutés pour tenter de déstabiliser en décembre 2017 le régime dit tortionnaire de la Guinée équatoriale avec à sa tête le Président Obiang N’Guema Mbassogo. A la prison centrale de Yaoundé au Cameroun où le décès est survenu, des voix s’élèvent pour pointer du doigt accusateur le président équato-guinéen.

Le décès de Mouhamadou Bachirou né en 1986 à Bouar (centre-ouest de la Centrafrique) est survenu hier 23 juillet 2018 à 16 heures 40 minutes à la prison principale de Yaoundé. La cause du décès n’est encore élucidée. Une autopsie est réclamée par les parents et proches du disparu.

A la prison centrale de Yaoundé, le doute cède place à la certitude. Pour les autres détenus et leurs proches, Mouhamadou Bachirou est bien mort empoisonné et l’inquiétude gagne l’ensemble des prisonniers liés au coup d’Etat manqué de Guinée Equatoriale. La mort brutale de ce centrafricain comme l’atteste sa carte d’identité a suscité hier de vives tensions des prisonniers accusant les autorités pénitentiaires camerounaises d’avoir touché des pots-de-vin afin d’accomplir la volonté du Président équato-guinéen, Obiang N’Guema Mbassogo, en les exécutant un à un via des substances empoisonnées. A en croire les sources, cette mesure ne vise essentiellement que les mercenaires centrafricains, tchadiens et soudanais en lien avec le putsch manqué de décembre.

Le cas Mouhamadou s’enregistre le premier décès côté centrafricain. D’autres détenus liés à cette affaire de coup d’Etat manqué en Guinée Equatoriale auraient perdu la vie dans des circonstances quasi identiques.

Parmi les centrafricains encore derrière les barreaux à la prison centrale de Yaoundé deux militaires centrafricains. Le lieutenant Steve Mike Yambété et Dada Yalo. Le premier a été arrêté 2013 à la frontière entre le Cameroun et la Centrafrique ensemble avec le chef rebelle Abdoulaye Miskine. Miskine a été libéré grâce au soutien d’Abdou Karim Meckasssoua, actuel présidnt de l’Assemblée nationale de Centrafrique. Dada Yalo, fait partie des  présumés mercenaires recrutés pour déstabiliser le régime au pouvoir en Guinée Equatoriale. Dada Yalo et quelques officiers tchadiens ont été arrêtés dans un hôtel à Douala par les forces de sécurité camerounaises.

Kangbi-ndara

 

 




Laisser un commentaire