Création d’un comité de sensiblisation : le y ’en a marre des guerriers du KM5

Kangbi-ndara.info/ L’initiative ne vient des Autorités centrafricaines ni de la Mission multidimensionnelle intégrée des nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca) mais des forces de défense du 3e arrondissement. Sursoir l'usage des armes et promouvoir le vivre ensemble dans le 3e arrondissement de Bangui est le but de la rencontre réunissant les gradés des Forces Armées centrafricaines (FACA), les chefs d’auto-défense et des généraux de l’ex-Séléka du secteur.

okRestaurer définitivement la paix et la sécurité dans le 3e arrondissement de Bangui afin de relancer les activités économiques au marché du Pk5 est au cœur des préoccupations actuelles des porteurs d’armes dudit secteur. Trois entités notamment les hauts gradés des Faca résidents du 3e arrondissement, les chefs d’auto-défense et les  figures influentes de l’ex-Séléka au KM5 ont pris part hier  à cette réunion au domicile du général de brigade Ousman Mahamat Ousman.. Pour ne laisser place à toute interprétation péjorative de cette rencontre, les organisateurs ont accepté d’échanger en présence de Kangbi-ndara.  La seule absence constatée est celle du chef des auto-défenses du Km5 appelé Capi 50/50 qui s’est excusé pour des raisons de santé.

Ayant longuement débattu sur les stratégies pouvant  garantir les mesures de confiance afin que les Banguissois se rendent en toute20120104_174857 quiétude dans le PK5, Younous Moussa de l’armée centrafricaine matriculé 2003207 insiste sur la mise en place d’ici quelques jours d’un comité de coordination ayant pour mission de sensibiliser tous les combattants de la zone de la nécessité de sursoir les désordres au profit de la discipline, la sécurité et la cohésion sociale.

20120104_174827Le point focal des forces Armées centrafricaines ce jour est le lieutenant Mahamat Ousman, qui dit constater de nombreux dérapages dans la mission des auto-défenses du Pk5 et promet de mettre un terme à cela avec l’accord de toutes les entités.  « Qu’aucun centrafricain n’ait peur de venir au Km5. Il n’y a pas de raison que les armes retentissent à Bangui», a-t-il jugé. 

Djamal Adam, chef d’une unité d’auto-défense au Pk5 a reconnu les dérapages sécuritaires évoqués par le lieutenant des Faca. Il souhaite que le gouvernement et la Minusca puissent appuyer cette initiative. Djamal a aussi souhaité que ses compatriotes auto-défense des 7 autres arrondissements de Bangui en fassent de même pour aboutir à un résultat satisfaisant. « La guerre est finie», a estimé Djamal Adam.

20120104_174754Achafi Daoud Assabou, général de l’ex-séléka et ex-directeur de sécurité à la présidence de la République au temps du Président Michel  Djotodia, salue les différents efforts déployés pour que le Km5 soit pacifié progressivement mais estime que ce n’est encore suffisant. Plonger dans la nostalgie de l’ambiance du Km5 des années 80, ce général Séléka de rappeler l’entrefilet d’un morceau connu des Centrafricains pour exprimer l’impérieuse volonté de restaurer la sécurité dans l’intérêt général. « Nous voulons que la sécurité prenne fermement pieds à 5 kilos. Musiki a chanté qu’ il faut avoir les poches pleines pour aller à 5 kilos parce que pantalon et chemise y restent, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Nous nous engageons pour tourner la page roquette et rouvrir la page coquette. Cela doit se répandre dans les huit arrondissements de Bangui et peu à peu dans tous le pays c’est important. Y’en a marre des armes » a conclu Achafi Daoud.

Cette rencontre en est la seconde tenue à moins d’une semaine au domicile du général Ousman. La première a lieu le 19 août dernier. D’autres séances sont prévues. Les initiateurs souhaitent être assistés des autorités locales et des représentants des forces de sécurité à Bangui.  Les initiateurs mettent en garde tous ceux qui tenteront de récupérer de cette initiative à des fins politiques et autres.

La rédaction

Comments

comments




Laisser un commentaire