Crise centrafricaine: concertation des forces vives de la nation

LA CRISE CENTRAFRICAINE AU CŒUR DE LA CONCERTATION DES FORCES VIVES DE LA NATION La grave et interminable crise centrafricaine qui frappe toutes les couches sociales préoccupe tous les centrafricains dont les Forces Vives de la nation qui ont pris cette situation à bras-le-corps.

Dans une conférence de presse, le porte-parole du Groupe de Travail de la Société Civile sur la crise centrafricaine (GTSC), Paul Crescent Beninga a annoncé une concertation de 48 heures du jeudi 11 au  12 juillet 2019 au stade 20.000places à Bangui pour débattre des questions relatives à la situation sécuritaire post Accord de Khartoum qui prévaut dans le pays, l’approche des prochaines échéances électorales 2021 et tous les problèmes socio-économiques sous la houlette du gouvernement.  

D’après Paul Crescent Beninga, « l’interprétation de manière individuelle de l’évolution de la situation en Centrafrique post-Accord de Khartoum par chaque entité de la nation augment chaque jour l’incompréhension et fragilise l’unité nationale ».

Cette rencontre pourrait aussi être une bonne occasion pour lever les équivoques sur les mauvaises interprétations de l’Accord de Khartoum. Cette réunion extraordinaire connaitra par la participation des leaders de la société civile, des leaders politiques (majorité et opposition), religieux, des notables, des syndicats de travailleurs, du patronat, des représentants du gouvernement et des institutions républicaines.

Enfin, le porte-parole des forces vives de la nation,  précise qu’  « il ne s’agit pas d’un forum ni d’un dialogue national bis mais d’une concertation où chaque entité fera des déclarations sur la situation du pays post Khartoum et débâtera sur chaque déclaration afin de formuler de meilleures recommandations ».Permettant ainsi une mise en application efficace et rapide des dispositions de l’Accord de Khartoum.  

Steven Namzoka , Le Confident




Laisser un commentaire