Crise centrafricaine: une frange de la jeunesse centrafricaine dénonce un complot international

Plusieurs dizaines de jeunes centrafricains résidants au  Ghana se sont réunis le samedi 19 avril 2014 à Accra (West Legon) dans une ambiance soft pour évaluer la situation de la crise en République centrafricaine et définir les cadres d’un soutien Kité Révolution.

KITE GHANA TOFSelon le compte rendu d’Emery Elvis Pabandji, étudiant et président de Kité révolution (KR) au Ghana, à la rédaction de Kangbi-Ndara, l’'objectif de la rencontre  du week-end dernier est de réexaminer la nature de la crise centrafricaine à caractère élastique pour enfin définir les attributs de la Diaspora centrafricaine particulièrement celle de la jeunesse Kité au Ghana dans le processus de la paix et la réconciliation nationale en République centrafricaine.

D’après le compte rendu, le Secrétaire Général de la jeunesse Kité au Ghana, Dan Bazouangui, a dans un discours de Baudouin  rappelé à l’assistance que la République centrafricaine se meurt à cause de ses richesses notamment le pétrole contrairement aux sons confus émis objectivement par les médias internationaux. « La France et Deby ont les yeux rivé sur les ressources naturelles du sol et du sous -sol de notre beau pays », a ajouté Jordy Bissafi séance tenante.

Dans le même ordre de pensée, Dieu-bénit Kongato, vice-président de cette jeunesse militante, a  pu déduire que la crise en Centrafrique est encore loin d’être jugulée avec l’annonce qui a été faite par Ban Ki-Moon le mois dernier relative au déploiement des forces onusiennes en Centrafrique à partir de septembre 2014.  « Nous devons garder présent à l’esprit  que nous sommes victimes d’un complot international. Si le calme revient dans notre pays, comment l’ONU justifiera-t-elle l’envoie prochain de presque 12 000 casques bleues chez nous ? En voilà une bonne raison pour que les Antibalaka et Séléka cessent une bonne fois pour toutes les hostilités pour éviter une plausible mise sous tutelle à l’avenir  », propos du vice-président.

En définitive, le document indique que les jeunes  centrafricains au Ghana ont déduit à l’issu de cette rencontre qu’il revient primordialement aux autorités actuelles de la transition de faire le nécessaire pour que les centrafricains de tous bords dont la jeunesse Kité puissent se réunirent afin de trouver les mots, les formules et stratégies atténuants pour d’abord restaurer la paix et la sécurité enfin organiser les élections libres et démocratiques.

Barthélémy Kpongbo

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire