Cuba : l’étudiant Mack-Allan Gbayanguele se distingue

Kangbi ndara.info/ Il fait parler de lui pour son intellection particulière et son attachement à la promotion des cinq couleurs de son pays la République Centrafricaine. Dans cet entretien accordé par Mack Allan Gbayanguele, le jeune étudiant centrafricain résident au Cuba ouvre les écluses de sa personnalité.

Mr. Mack-Allan GBAYANGUELE bonjour!

bonjour

Récemment nous étions au courant de vos braves succès à Cuba, cela nous intéresse aujourd’hui d´échanger avec vous afin de connaitre un peu mieux sur le sujet. Comment vous vous retrouvez au pays de Fidel Castro ?

Tout d´abord, je tiens à remercier du fond de cœur à votre media et vous, ainsi à tous ceux qui ont récemment réagi à la publication de l´article concernent les Centrafricains de Cuba et ses efforts, malgré les sombres situations que nous traversons. En effet nous étions arrivés ici dans ce pays en 2011, pour des études en Médecine, suite à un accord bilatéral entre les deux (2) états dans un cadre social.

Vous dites un cadre social ?

M.G : Oui, cadre social puisque Cuba est un pays Socialiste ou encore bien dit, qui, depuis 59 ans vit une forte révolution sociale. Raison pour laquelle, la porte a été ouverte à notre cher beau pays d´y venir pour bénéficier de bonnes formations qu´ils dispensent et surtout dans le domaine de la Santé.

Alors quelles sont les closes de cet accord ?

M.G : Jusqu´où nous savons, c´est tout ce qui est rédigé dans le code éthique pour les étudiants étrangers à Cuba, que nous avons signé avant notre départ, qui résume a ce que nos titres de transports sont garanti par notre Gouvernement, en cas d´échec soit de rapatriement ; il est strictement interdit et sévèrement puni les fraudes, corruptions, comportements antirévolutionnaires, et participations aux jeux illicites d´argent, ainsi la consommation et trafic de drogues ; nous devrons obligatoirement terminer tout le programme d´études planifier pour la formation et obtenir honnêtement des notes valables, puis retourner immédiatement dans nos respectif pays pour y prêter main forte à notre peuple. Telles sont entre et autres quelques grandes lignes de ce code que nous réaffirmons le suivi chaque année.

Mais qu´est-ce qui est dit des bourses ?

M.G : Vous savez, c´est une coopération, ce qui revient logiquement à notre Gouvernement de s´en charger des compléments de bourses, afin de nous aider a bien assimilé les conditions de vie ici et pouvoir accomplir nos engagements. Mais dès le lendemain de notre arrivé, la situation du pays commençait à se basculer, nous avions étudier pendant deux (2) ans et demi, jusqu´en Avril 2014, quand le Gouvernement de la transition a commencé à payer les bourses, à compter de l´année académique 2013-2014. Donc nous totalisant aujourd´hui les 2 années d´études impayées. Cette situation semble reprendre chemin en Avril 2017, jusqu´à l´instant vous m´écoutez, nous ignorons tout ce qui est du sujet de nos bourses. Nous figurons sur des arrêtés différents, seule connaissance que j´ai sur ce point.

Le 25 Février 2018, vous étiez l´invité de Ndeke-Luka dans l´émission le Centrafricain de la Diaspora et vous aviez lancer un appel au Gouvernement, la même chose que vous avez répété sur les ondes de la Voix de l´Amérique dans l´émission zia i tene, pensez-vous toujours positif dans ce sens ?

Positif ? oui ! je suis optimiste et l´esprit de la révolution Cubaine fortifie et nous encourage à rester toujours debout en allant d´avant. Je sais que le Président de la République est un homme d´actions, en plus un enseignant de haut niveau, alors de tels sujets ne peuvent passer sans réactions de sa part, peut-être jusqu´à l´instant il n´est pas encore au courant de cette réalité que nous vivons ici. Souvenez-vous qu´il avait demandé 1min de silence en mémoire du guide Révolutionnaire Cubaine, le 17 décembre 2017, lorsqu´il recevait les accréditations de l´ambassadeur Cubain. Quelques autorités et personnalités du pays sont bel et bien au courant, mais la solution ne viendra que du Ministère des finances et le trésor publique d´autoriser le paiement.

Malgré cette situation, vous portez ci-haut le nom de votre pays parmi des milliers d´étudiants étrangers à Cuba, quels sont vos secrets ?

(rire) Vraiment, en riant je ne crois pas que j´arrive déjà au bout de ces 7 premières années de Médecine Générale. Pour tous ceux qui ont une conviction forte, ils savent que seules la volonté, l’espérance, et la patience sont les routes qui mènent au succès. En 2011, juste avant notre départ, au salon d´honneur où nous étions accompagnés par un membre du Gouvernement, après ses conseils, je lui ai promis (Excellence, 7ans sont 7ans, je porterai le drapeau du pays en amont !) alors chaque fois que la situation me semble crépusculaire, immédiatement je me souviens de cette promesse, raison pour laquelle le drapeau se trouve toujours sur ma blouse, représentant l´espoir de ma nation. La RCA est la plus petite délégation à Cuba avec seulement 11 étudiants, alors je me suis dit, il faut que notre pays soit dans le premier rang, même si nous sommes en réalité le Benjamin de toutes les autres représentations, telle fut mon aspiration. J´ai déjà vécu une épreuve un peu pareille courant 2007-2008 au Lycée Leclerc de Yaoundé en 2nd, avant de repartir à Bangui.

Quels sont vos derniers mots pour cet échange ?

M.G : C´est une autre grande occasion à laquelle j´en profite faire un appel au Gouvernement Centrafricain de décompter la situation boursière de ses étudiants à Cuba, non seulement un trimestre, mais un semestre afin d´alléger et encourager ces vaillants filles et fils du pays qui sont ici. Ainsi l´inviter à participer à la grande rencontre de la Santé Universelle qui se tiendra ici à La Havane du 23 au 27 Avril prochain. A tous mes confrères Centrafricains, étudiants à l´étranger, la meilleure contribution que vous apportez à notre patrie selon votre statut actuel est de faire valoir vos acquis intellectuels, qui donneront respect et considération au pays de Boganda, le dernier Empire Africain. Mes encouragements et félicitations à tous les personnels du secteur sanitaire Centrafricain, qui, malgré les conditions de travail illimitées, déploient leurs efforts au service de la population, sans oublier les élève-Médecins en formations.

Mack-Allan GBAYANGUELE, merci

C´est à moi de remercier.




Laisser un commentaire