Démonstration de force : Gilbert Grezenguet change les serrures et place des commandos à l’entrée du CNOSCA.

Kangbi-ndara.com / Impossible de franchir l’enceinte du Comité national olympique et sportif centrafricain (CNOSCA). Les serrures de bureaux changées et doublement verrouillées. Deux agents armés de la police nationale ont reçu ordre de ne laisser personne accéder aux bureaux du Comité olympique national (CNO) jusqu’à nouvel ordre. Une démonstration de forces du président élu controversé Gilles Gilbert Grezenguet visant à empêcher le passage de responsabilités à son rival Yvon Kamach le nouveau président du CNOSCA.

ggggggD’après les faits rapportés par quelques  témoins, Monsieur Gilles Gilbert Grezenguet, le secrétaire général sortant élu samedi 23 mai 2015 président bis du bureau exécutif du CNOSCA, frère ainé de Ghislain Grezenguet Procureur de la République, ainsi que quelques personnalités politiques et sportives ont tenu une brève réunion hier lundi matin au siège du Comité national. Réunion à l’issue de laquelle M. Grezenguet et son clan ont donné ordre de remplacer toutes les vielles serrures par les neuves. Les instigateurs ont emporté les clés afin que le camp adverse, notamment celui présidé par Jacob Gbeti à Ledger Plazza et qui a également élu Yvon Kamach président du CNOSCA, ne puisse accéder aux locaux.

Des instructions formelles de faire usage d’armes sur qui franchira de force ou défoncera les nouvelles serrures ont été données aux deux policiers de l’Office centrafricain de la Répression du Banditisme (OCRB) que nous avons rencontrés à l’entrée du siège du CNOSCA. « Si vous insistez nous appliquerons les ordres », nous ont-ils dit fermement. « Le sport n’a pas besoin des armes », phrase de déception du Conseiller national Thierry Vackat descendu sur les lieux pour constater les faits. .

Par ailleurs, Jacob Gbeti, président sortant du CNOSCA craint une sanction de Lausanne pouvant coûter gros au Centrafrique. « S’ils ne fassent pas attention, le CIO risque de sanctionner le CNO et ce sera très dommage. Pour ma part, je viens de prévenir le ministre des Sports que des serrures viennent d’être changées à mon insu.  Demain, je vais prendre un huissier de justice pour constater les faits avant que je ne rende compte au CIO. C’est bien triste qu’on confond tout ».

Un haut gradé des forces armées centrafricaines proche du Comité olympique national que nous occultons le nom d'indiquer que : "la présence des hommes en tenue à la demande d'une partie, signifie clairement l'implication du pouvoir en place dans cette affaire. C'était prévisible"

Rappelons qu’avant les élections à deux manches du 23 mai dernier, ayant accouchées de deux présidents pour un poste, le CIO a bien mis en garde l’organisation des élections du nouveau bureau exécutif du CNOSCA en vue de tout acte pouvant ternir inutilement l’image du CNO. Avec l’entrée de jeu de la force dans une contorsion élective animée par les égos démesurés de certains héros de la tragédie de l’olympisme national, de mauvaises surprises seraient encore au rendez-vous.

 

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments