Des terroristes du PK5 s’allient avec certains avortons politiques pour la destabilisation de la transition

 

Journal La Fraternité / Faut-il ressusciter un Samuel DO pour faire disparaître ceux par qui le malheur est arrivé à la République Centrafricaine pour qu’enfin le peuple de ce pays aspirant à la paix, retrouve la voie du développement ? Impossible mais vrai, une alliance contre nature s’est dressée le weekend dernier à Legder Plazza entre des zozos de la République marmonnent de prendre les rênes d’une éventuelle 3e Transition. Mais l’identité de ses signataires est telle qu’on ne peut conclure qu’il s’agit bien là, d’une nouvelle alliance de diables destinée à verser le sang des populations civiles. Va-t-on les laisser faire ? Faut-il accepter que leur turpitude transcende les aspirations du peuple ? Entre les élections et une 3e Transition, il faut bien que les gens fassent le bon choix.

Une coalition de criminels…

ob_9198c0_les-imbecilesQu’on nous dise que la transition ait raté de coches, qu’on nous dise que la transition n’ait été qu’un faisceau d’échecs, on veut bien croire volontiers. Mais delà à accepter que ceux qui n’ont pu rien faire durant plus d’une décennie, ceux qui ont du quitter le bateau de la transition, ceux qui sont à peine de semi lettrés puissent rêver que c’est sur leurs maigres épaules que devrait reposer le salut du peuple, c’est un mensonge qu’on ne saurait avaler. La nature de ceux qui pensent qu’il faudra coute que coute, donner lieu à une nouvelle transition pousse à réfléchir. En son temps, le professeur Gaston Madanta N’GUEREKATA avait réagi à la question en affirmant que la revendication de ces assoiffés de pouvoir, au fond est légitime. Mais leur moralité tellement douteuse pose problème, si bien que la revendication, elle-même n’a plus de sens. Qu’on le veuille ou pas, aujourd’hui, l’histoire lui donne raison. Les ténors de cette nouvelle Transition utopique sont de deux ordres. Il y a d’un côté, le groupe des djihadistes terroristes auteurs des désolations dans le PK5. C’est le groupe d’Abdoulaye Hissein, Adam Nourredine, Ousmane Mahamat Ousmane, Bachar Fadoul, Maxime MOKOM. Ce groupe composé de Séléka et Anti-balaka auteurs des accords de Nairobi fidèles à François Bozizé et Michel Djotodia. De l’autre côté, il y a des avortons politiques qui étaient presque de l’ancienne majorité ou d’anciens ouvriers de premières heures de la transition sous Djotodia. Il s’agit de Crépin MBOLI-GOUMBA, Elie DOTE, Gina Michelle SANZA, Enoch Dérant LAKOUE et tant d’autres encore qui sont tous, des personnalités controversées sur l’échiquier politique. Ces derniers ont réussi à emballer avec eux, certains associations vides de sens telles que l’OFCA et le CNJ et l’ANECA qui prétendent agir au nom des femmes et de la jeunesse. Ce sont ces deux catégories de personnes aux mains trompées de sang des innocents et poursuivies par la justice centrafricaine et internationale qui se sont coalisées aux barbes de tous, le vendredi dernier à l’Hôtel Ledger pour exiger une nouvelle transition de dix huit mois ou plus, car elles prétendent être capables de sortir la RCA du trou. L’on devra se demander si ces mesquins se rendent compte de leur idiotie. Est-ce possible que de vrais Centrafricains puissent accepter de pactiser avec un certain Nourredine qui s’est illustré par le meurtre de plusieurs personnes durant le règne de son mentor Djotodia ? A-t-on oublié le tristement CEDAD, cette prison politique de triste mémoire ? Peu importe l’intention de ceux qui réclament la 3e transition, le fait de s’allier avec un criminel, ils deviennent eux aussi des criminels, « qui s’assemblent, se ressemblent ».

Une nouvelle transition pourquoi faire ?

La question trouve sa réponse dans les évènements malheureux de ces derniers mois à Bangui dans le PK5. Le groupe de ceux qui rêvent de la 3e transition ont choisi de mettre en exécution par des sacrifices humains et autres actes inhumains aux quels ils ont donné lieu. Il faut tuer un chrétien ou un musulman afin de pousser l’une ou l’autre communauté aux représailles disproportionnées et aveugles très souvent. Quand on tue un musulman à Combattant, c’est au PK5 et dans ses environs que les représailles se déroulent. Au bout du compte, tout est mis sur le dos du Gouvernement et précisément de Catherine Samba-Panza. Avant de s’atteler à ce qu’elle aura pu faire ou qu’elle n’a pas pu faire, l’on ne saurait être d’accord avec ceux qui ont incendié des maisons, égorger des innocents, éventrer des femmes, crever les yeux de leurs victimes qui choisissent la politique de sang comme solution à la crise centrafricaine. Si la transition a échoué, et qu’on pense que l’alternative viendrait de ceux qui sont des sanguinaires, des marchands de diamants, des terroristes, des suppôts de diables, c’est qu’on prend tous les Centrafricains pour des moutons de Panurge. La transition a bien duré trois ans, si l’on décompte à partir de la chute de François Bozizé. Qu’est-ce que les politiciens, qu’est-ce que ceux qui s’agitent aujourd’hui ont du proposer au peuple ? Si une nouvelle transition devrait avoir lieu, ceux qui promettent vents et merveilles aujourd’hui, ne feront pas mieux. La première des choses qu’il feront, sera de convoquer les siens à la mangeoire. Mais tellement qu’ils sont nombreux, il n’y aura pas de place pour tout le monde et les mécontents à leur tour, exigeront une 4e transition et la République Centrafricaine sera une république de transitions. il ne leur reste qu’à prendre en otage les clients ou incendier l’hôtel Ledger.

A la vérité…

Les agitations de ces mauvais perdants de la transition visent à satisfaire certains personnes qui ne peuvent pas se présenter aux prochaines élections. La nouvelle Transition est un plan pour ceux qui sont frappés par le critère d’inéligibilité. Mais c’est quand même irresponsable de croire que le sort du peuple doit être lié à la vie de deux ou trois messieurs que sont Bozizé, Djotodia et Nourredine. Est-ce qu’ils ne pourraient pas laisser les élections se dérouler pour se présenter plus tard?

Radamel Toquero

Comments

comments




Laisser un commentaire