Désarmement des criminels : l’alternative ambigüe de la Minusca

Kangbi-ndara.info/Le désarmement ne peut être effectif que si le vivre ensemble se concrétise sur le terrain. C’est l’alternative directrice qu’applique la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca). Le Représentant spécial Adjoint du Secrétaire général  cette mission, Kenneth Gluck l’a fait savoir le 8 mai dernier à Bangui devant quelques représentants du Gouvernement.

La Minusca n’aurait pas vocation à quitter la République Centrafricaine le plus tôt possible. Elle veut accompagner le pays dans l’adaptation de la dotation russe et encadrer l’opérationnalisation des Forces armées centrafricaines (Faca).

C’est lors d’une rencontre initiée par le Premier ministre centrafricain Simplice Mathieu Sarandji suite aux mot d’ordre de ville morte de la Société Civile que Kenneth Gluck a porté sur les fonts baptismaux la position de la Minusca.

En ce qui concerne la capitale, le représentant de la Minusca à cette rencontre a laissé entendre que le désarmement du Km5, quartier cosmopolite où habitent plusieurs musulmans, ne pourrait être effectif en raison de la forte présence civile.

Selon le Représentant spécial Adjoint du Secrétaire général, cette présence civile a été à l’origine de l’échec de la tentative du désarmement du Km5 le 8 avril 2018.

« Les habitants du Km5 ont peur de la réaction des habitants des autres arrondissements. Ils méritent protection comme tout le monde. Pour cela, la solution militaire suivra l’évolution du vivre-ensemble sur le terrain », a-t-il dit.

Cette nouvelle alternative reposée sur les efforts en faveur de la cohésion sociale ne rassure pas bon nombre de participants à cette rencontre.

Le Premier ministre centrafricain, Simplice Mathieu Sarandji, a partagé la responsabilité du ras-le-bol populaire assorti des revendications de la Société Civile entre le Gouvernement et son principal partenaire en matière de défense et de sécurité qu’est la Minusca.

En réponse au représentant de la Minusca Kennet Gluck, le chef du Gouvernement centrafricain a fait savoir que la mise en place d’une coordination des opérations militaires adaptée pour contourner la barrière du « vivre-ensemble » et palier le problème sera une meilleure réponse aux attentes de la population.

En effet, la population centrafricaine perd peu à peu foi en la Minusca dont la neutralité est sujette à controverse.

Le mois d’avril dernier, un casque bleu du contingent gabonais de la Minusca a été appréhendé par la population avec un sac rempli de minutions de guerre qu’il acheminait aux responsables des troubles sécuritaires du Km5.

Pas plus tard que la semaine dernière, à l’issu d’une réunion tripartite, les contingents musulmans de la Minusca se sont excusés de toute mission les opposant à leurs frères musulmans. Seuls les casques bleus rwandais et portugais se voient confier cette tâche.

Kangbi-ndara




Laisser un commentaire