Déstabilisation du régime: le KNK répond à l’accusation du Gouvernement Transitoire

logo-knk1

Communiqué de Presse

 

        Dans un Communiqué Gouvernemental lu sur les antennes de Radio Centrafrique en date du 25 Mai 2015 par le Ministre de l’Administration du Territoire en sa qualité de Porte Parole, le Gouvernement a ouvertement accusé le KNK de chercher, en collaboration avec des éléments Anti – Balaka, à déstabiliser les Autorités de Transition.

Selon le Porte Parole du Gouvernement, le KNK envisage des manifestations violentes notamment une grande marche,  l’occupation de la piste de l’Aéroport International de Bangui M’poko et même de s’en prendre à l’avion présidentiel. D’après ce dernier, l’objectif recherché est la démission de Mme le Chef d’Etat de Transition.

Le KNK, Parti Politique épris de vertus démocratique et républicaine rejette en bloc cette accusation grotesque, fallacieuse et irresponsable.

En vérité, cette campagne éhontée d’intoxication et de manipulation à laquelle se livrent le Chef d’Etat de Transition et son Gouvernement n’a pour but que de masquer l’échec cuisant et désormais avéré de la Transition matérialisé par :

  • L’inexécution de la feuille de route de la Transition ;
  • L’échec du Forum National de Bangui ;
  • Les nombreux scandales financiers (Don Angolais, Affaire COFREXPORT acquisitions immobilières et pots de vin…) ;
  • Le tribalisme, le népotisme, etc.

Face à cette situation, non seulement le KNK mais aussi, les acteurs et observateurs de la vie politique nationale constatent une montée en puissance d’un sentiment de frustration et de mécontentement, potentielle cause d’une insurrection populaire qui ne saurait être imputée à un Parti Politique quelconque.

 

Fait à Bangui le 26 Mai 2015,


                    Bertin BEA

Comments

comments