Diplomatie : Margaret Vogt fait ses adieux à la Centrafrique

« Je suis optimiste même si les défis sont importants », tel a été le message d’au revoir de Margaret Vogt, représentante spécialeSecrétaire Général des nations unies en Centrafricaine et Chet du Bureau Intégré des Nations Unies en Centrafrique, le 1er juillet 2013 à Bangui. Elle doit quitter la Centrafrique pour un nouveau poste au sein des Nations Unies à New York. Son remplaçant le sénégalais Babacar Gaye arrivera à Bangui dans les jours prochains.

vogt uneC’est à l’occasion d’un point de presse tenu à Bangui que la Représentante spéciale du Secrétaire des Nations Unies en Centrafrique a dit son au revoir à la République Centrafricaine. Conférence de presse pendant laquelle elle a passé en revue les actions menées depuis ses deux années de fonction dans ce pays marqué par l’instabilité générale.

Satisfaite en dépit de tout de la réussite de certaines priorités fixées lors de sa prise de fonction en 2011, relativement à la sécurité, la consolidation de la réconciliation nationale, la protection des femmes et des enfants, les droits de l’homme, Margaret Vogt  s’est dite consciente de la situation actuelle du pays. « Aujourd’hui la République Centrafricaine se trouve à un carrefour de son histoire. Son plus grand défi est qu’elle réussisse cette phase de transition délicate. Cela exige un travail dans un esprit consensuel entre les leaders de la transition dans le respect des accords de Libreville, réaffirmé à N’Djamena et à Brazzaville par les Chefs d’Etat de la CEEAC», a-t-elle souligné.

Toutefois, elle a indiqué que certaines actions qui ont été réalisées ne doivent pas être oubliées en raison de la crise actuelle à savoir :la réussite des opérations de désarmement, démobilisation et le début de réinsertion dans le nord-ouest, la signature de l’Accord de paix entre la CPJP et l’UFDR et la caravane de paix qui a été organisée au nord-est, l’appui au renforcement des capacités nationales et locales en médiation, la recherche des fonds pour les opérations du DDR, l’appui politique, logistique et technique qui a permis le rapatriement de Baba Ladde, l’appui ayant facilité la rencontre de Libreville et la signature des Accords, le monitoring assuré pour le renforcement des capacités des acteurs et l’appui institutionnel et les efforts poursuivis dans la lutte contre les violences faites aux femmes.

Pour  finir, la diplomate onusienne d’origine nigériane a exprimé  sa gratitude aux peuple centrafricain, aux partenaires nationaux et internationaux, aux représentations diplomatiques, les organisations internationales et aux professionnels de médias centrafricains pour le courage dont-ils font preuve malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils travaillent.

Kangbi-ndara.net

Comments

comments




Laisser un commentaire