Don angolais : François Soudan ne confirme que des faits signalés

Kangbi-ndara.com / L’actualité centrafricaine de ces derniers temps gravite autour du scandale financier des 2,5 millions de dollars, révélé par François Soudan. Or, le talon d’Achille du régime de Catherine Samba-Panza a été flairé depuis belle lurette.

francois-soudan-sept2012Bon Dieu que François Soudan ne soit pas un centrafricain lambda ! S’il en est un, il porterait comme bon nombre de professionnels de médias nationaux le maillot de « colporteurs de nouvelles fantaisistes, d’intoxicateurs, d’agents patentés de déstabilisation de la République Centrafricaine par médias interposés… à la recherche évidente du sensationnel…ennemi de la Transition » voir, à la solde de François Bozizé, d’Abdoul Karime Meckassoua, pour avoir mis à nu le principal défaut de la Transition en Centrafrique.

Qui dérobe un diamant détournera des milliards

Pas besoin de s’attendre à une mise au point de la présidence centrafricaine adressée à la rédaction de Jeune Afrique. Elle ne viendra jamais car les justiciables ignorent encore combien de balles contient le chargeur de ce magazine africain, aux infos foudroyantes !

Antoinette Montaigne ministre d’Etat et Porte-parole de la présidence, la préférée de Cathy, devançait de 48 heures l’article de François Soudan en publiant un communiqué de presse amortisseur qui cédait vite sous le poids du délit révélé. Plus la peine d’en faire un autre, « c’est un non évènement, seul ce qui découlera des enquêtes du parlement sera pris en compte », dixit un activiste centrafricain.  

Dans un article mis en ligne le 7 mai 2014 par Kangbi-ndara.com titré : « Détournement : près de 900 carats disparus, Catherine Samba-Panza et André Nzapayéké s’incriminent », l’auteur dudit pamphlet dit vouloir par son papier signaler une sorte de course à la mangeoire perceptible encore chez les dirigeants de la transitoire actuelle. Malheur ! De nationalité centrafricaine, Anicet Clément Guiyama Massogo, Conseiller politique à la présidence, à l’époque porte-parole de la présidence « enivré par le nectar du pouvoir » pour emprunter des mots à Guy José Kossa animateur du site Les Plumes de RCA, le qualifiait «  de journaliste imposteur ».

Quoi que l’on dise de l’article des 900 carats et de son auteur, les révélations de François Soudan en sont à quelques millimètres près, même si comparaison n’est pas raison. Les autorités de la Transition vont bouffer des enquêtes interminables si elles ne se repentent pas dans le temps !

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire