Enquête : les contre vérités de l’étrange découverte chez l’homme d’affaires Sani Yalo

Kangbi-ndara.info/ Monsieur Sani Yalo, opérateur économique est cité sur internet avec indécence dans une affaire de découverte étrangement mystique dans une de ses villas à Bangui. L’enquête menée par Kangbi-ndara un jour après la mise en ligne de cet article révèle une désinformation pure et simple.  

oui 1 OUI 2 OUI3En effet, suite à nos investigations, une bouteille avec une contenance mystique a bien été retrouvée dans une villa jouxtant le dépôt du PAM (Programme alimentaire mondial) dans le 4e arrondissement de la capitale centrafricaine, Bangui. L’image de cette étrange découverte a fait le tour des réseaux sociaux et le mis en cause d’après l’article de Gisèle Moloma publié par le canal de Corbeaunews est l’opérateur économique centrafricain Sani Yalo.

La propriété dans laquelle la découverte a été faite appartient à un tiers, propriété contigüe à celle de Sani Yalo. Celle-là a été saccagée lors des malheureux évènements qu’a connus le pays et laissée en friche. C’est en effet en nettoyant ladite propriété gagnée par les hautes herbes que la bouteille contenant un serpent et des volailles a été retrouvée. Celle-ci n’était pas dans un trou mais à même le sol. La propriété de Sani Yalo est entièrement cimentée, carrelée et occupée par des gardiens et des soldats attachés à sa sécurité. Aucun trou n’est creusé dans cette parcelle. Le constat fait par Kangbi-Ndara est conforme aux propos des témoins que nous avons approchés dont Béfio Guy José Tinor, soldat de carrière résident dans la propriété de Sani Yalo que le tâcheron a appelé pour se rendre à l’évidence de l’étrange découverte et Claudia, voisine directe du mis en cause et témoin des faits.

D’après Béfio, c’est la troisième fois que le désherbage de la propriété est effectué. Il affirme que la bouteille mystique a été déposée récemment.

La vérité est celle-ci :

  • La villa de Sani Yalo ne comporte pas de sous sol
  • La bouteille a été trouvée sur le sol dans les herbes et non dans un trou en profondeur de 55 pouces comme prétendu par dameMoloma dans son article publié par Corbeaunews.
  • La propriété dans laquelle la bouteille a été découverte appartient bien à Monsieur Ali Dada alias Ali Bouar, transporteur centrafricain originaire de Bouar.
  • Dans ce secteur civilisé, il n’y a pas de fabrication de briques crues comme dit dame Moloma.
  • La propriété de Sani Yalo n’est pas abandonnée mais habitée par plusieurs familles de militaires centrafricains.

Toute cette affaire ténébreuse découle de la mauvaise foi de certains compatriotes jaloux, haineux, prêts à divulguer des ragots et autres rumeurs pour ternir l’image des dignes fils du pays qui n’ont rien à se reprocher. L’on se demande si dame Moloma a pu vérifier ses sources d’information avant de balancer son article qui porte atteinte à la réputation de Monsieur Sani Yalo. De nos différentes sources, depuis l’affaire Zongo-Oil, Monsieur Sani Yalo fait l’objet de manœuvres machiavéliques tendant à le présenter comme un malfaiteur. Celles-ci sont l’œuvre de ses ennemis politiques.

L’on se souviendra que Centrafrique presse, proche de Martin Ziguele, s’en ait longuement pris à la personne de Sani yalo par le passé. Aujourd’hui c’est dame Moloma, rédactrice à Corbeaunews également proche de Martin Ziguele qui raconte une autre histoire sans tête ni queue et sans vérification préalable sur le terrain. L’on se poserait sans doute la question de savoir : y a-t-il un problème entre les Yalo et les proches du Mlpc ou du Mlpc (Mouvement de libération du peuple centrafricain)? Une question qui n’est sans doute pas anodine. A la lecture de l’article de dame Moloma, elle qualifie Sani Yalo d’« homme d’affaires sulfureux, étant un des cerveaux de la rébellion dirigée par le Général François Bozizé entre octobre 2001 et mars 2003 » n’est ce pas une vengeance ou une haine cultivée pour son rôle joué dans les évènements du 15 mars qui ont causé la chute du pouvoir Mlpc ? Kangbi-Ndara s’est rapproché de Sani Yalo qui refuse interview et tous commentaires sur ce sujet qu’il qualifie de non évènement. Sani Yalo dit se réserver le droit d’ester en justice pour diffamation.

Johnny Yannick Nalimo

 

Comments

comments




Laisser un commentaire