Enrichissement illégal : Sarandji aurait plus de 25 milliards de FCFA sur son compte

Kangbi-ndara.info/ Le Premier ministre chef du gouvernement centrafricain Simplice Mathieu Sarandji battrait le records de la course à l’enrichissement du régime du Président Faustin Archange Touadera.  Des rumeurs persistantes révèlent qu’il aurait placé sur divers comptes plus de 25 milliards de francs CFA en moins de deux ans de gestion.

Si beaucoup pointent du doigt le ministre contrôleur général Arthur Piri comme le véritable argentier du régime Touadera, cet article révèle que la vraie star serait ailleurs.

Le Premier ministre centrafricain Simplice Mathieu Sarandji serait friand de gros billets de banque et en tête des autorités centrafricaines actuelles menant au quotidien la politique du profit personnel que celui du général.

Il disposerait de 25 milliards de FCFA amassés en moins de deux ans d’activité en tête du gouvernement.

Comment a-t-il pu rassembler une somme aussi importante en si peu de temps ? Cette questions demeurent encore sans réponse.

Cependant, les sources de révéler qu’en dehors des pots-de-vin, Sarandji  ferait des pressions sur certains membres du gouvernement et certains directeurs généraux des sociétés d’Etat afin de renflouer toutes les semaines sa cagnotte personnelle avec des billets de banque incontestablement dérobés au trésor public.

A en croire les sources de Kangbi-ndara, la situation est connue à  l’Ambassade de France en Centrafrique et par le Président de la République Faustin Archange Touadera.

Les renseignements français auraient fait parvenir au Président de la République Faustin Archange Touadera une copie de la liste de personnalités centrafricaines économiquement suspectes dans le Premier ministre chef du Gouvernement.

.« C’est formel. Le Chef d’Etat est au parfum de tout depuis bien des mois », confirme une source de l’entourage du Président Touadera couvert sous l’anonymat.

Outre le Premier ministre, les sources de rajouter que, plusieurs ministres et autres personnalités du pays figurent sur cette même liste.

« Toutes les opérations sont bien tracées », précise un illustre avocat inscrit au barreau de Centrafrique.

Par ailleurs, il convient de rappeler qu’en Centrafrique, les billets de banque des opérateurs économiques étrangers, particulièrement des libanais, font d’énormes bruits. De quoi laisser des traçabilités accablantes pour ceux qui en font leur fortune.

En juillet dernier, la presse nationale dénonçait, entre autres,  un pot-de-vin de 300.000 dollars soit près de 2 milliards de FCFA qu’aurait empoché Jean-Baptiste Koba, conseiller en matière d’investissements à la présidence de la république, d’une société israélienne intéressée par le marché de conception et de sécurisation des documents administratifs. Les israéliens auraient eux-mêmes vendus la mèche au Président Touadera.

Il n’est point de doute que la course effrénée à l’enrichissement   du régime Touadera fait tristement entrave à la bonne gouvernance dans ce pays en voie de relèvement.

Kangbi-ndara ne garantit pas la totale fiabilité de cette information. Toutefois, les sources d’insister que l’information est loin d’être une banale galéjade.

« Elle est vérifiable auprès de l’ambassade de France en Centrafrique ou à l’Elysée en France », précisent les mêmes sources.

Kangbi-ndara

 

Comments

comments




Laisser un commentaire