Faute politique : l’Assemblée nationale sort le carton rouge contre le Gouvernement Sarandji

Kangbi-ndara.info/ Juger incompétent, l’ensemble du Gouvernement du Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, chef du Gouvernement centrafricain est contraint à la démission. Les députés centrafricains ont remis hier 16 mai 2017 la note y relative au Président de la République Faustin Archange Touadera.

saraPour incompétence du Gouvernement et le refus abusif et délibéré de certains membres du gouvernement de donner une suite favorable aux interpellations du parlement, les députés exigent à l’actuel Premier ministre et fidèle compagnon de lutte du Président Touadera de rendre le tablier. Face à cette intrangigeante position des parlementaires, M. Sarandji doit choisir entre une sortie moins honteuse qui passe par sa propre démission immédiate au cas échéant, il va connaître l'umiliante sortie à travers le vote de la censure des députés.

Une marche effectuée hier par les députés de Mbomou et leurs collègues a donné le ton de la réunion regroupant la quasi-totalité des représentants du peuple aboutissant à la demande de démission deSarandji. La lettre est parvenue à la Présidence en soirée.

De nombreuses sources, cette demande, justifiée par la non maitrise de l’actuelle crise sécuritaire à Bangassou (Est) et le manque d’initiative du gouvernement, n’est qu’un vieux projet de certains élus de nation pour ainsi fragiliser l’Exécutif. La question de motion de censure est régulièrement évoquée par certains députés pour pousser Touadera à se séparer de son ami et à élargir la gestion de l’Etat au-delà du clan alliés.

L’on signale que l’Exécutif aurait prévu des antidotes pour le sort jeté par le Législatif. Même avec l’antidote, il est évident que le régime de Touadera souffre de la grave maladie politique qu’est la procrastination.

Pour Bangui, le départ de Sarandji mettra de nombreux typans à l’abri des bruits ahurissants de sirènes émis au passage de son cortège. Meckassoua et Touadera brillent de même dans cette pollution sonore en milieu urbain.

Il n’est point de doute qu’avec cet affront parlementaire, Touadera mesurerait la portée des menaces qui guetteraient son pouvoir et trouverait des remèdes conséquents pour soigner et guérir la procrastination dont son régime en souffre.

En outre, si le Gouvernement est inquiété,  il est plausible que la Mairie de Bangui n’en serait pas épargnée. Le cortège de Meckassoua, l’ordonnateur des cartons rouges, a constaté ce matin les ordures déposées sur l’Avenue de France par les habitants de Sica 2 dans le  2e arrondissement. Des déchets encombrant la circulation en signe de mécontentement. Encore tout remettre à demain et le Législatif aura probablement raison de l’Exécutif.

L’Assemblée vient de donner le ton et il n’est point de doute que la Présidence revienne à charge. Le troisième larron, sans doute, s’empiffrera. Le Président Touadéra n'aura plus d'excuses à la formation d'une nouvelle équipe de l'exécutif qui passe par le nouveau Premier ministre.     

                                                                                                                                   Kangbi-ndara

 

Comments

comments




Laisser un commentaire