Accueil Non classé Groupes armés en Centrafrique : le Mouvement 3R abdique, accepte de désarmer...

Groupes armés en Centrafrique : le Mouvement 3R abdique, accepte de désarmer lundi 4 novembre

487 vues

Kangbi-ndara.info/ Un des quatorze groupes armés encore actif en République centrafricaine décide d’abandonner l’usage des armes comme moyen d’expression pour se conformer au processus du Désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement (DDR,R). Une décision qui fait suite aux pressions du Gouvernement centrafricain.

C’est par son chef, le général de maquis Bi Sidi Souleymane alias Abbas Siddiki, que le mouvement 3R (Retour-réclamation- réhabilitation), constitué essentiellement d’éleveurs peuls sur le sol centrafricain, a exprimé sa volonté de renoncer définitivement à l’usage des armes après six ans d’activité contraires aux droit humains dans le pays.

Pour des dispositions nécessaires à prendre avant le désarmement du mouvement 3R le lundi 4 novembre 2019, une mission mixte composée des ministres Maxime Mokome du DDR,R de Souleymane Daouda, du Ministère de l’Enseignement Technique et de l’Alphabétisation et du Ministre Délégué auprès du ministère de l’Administration du Territoire Charge de Développement Local Issa Bi Amadou quittent Bangui ce dimanche 02 novembre à destination du village Degaulle (Ouham-Péndé) où les attend Abbas Siddiki et ses éléments.

Selon les sources de Kangbi-ndara, Siddiki et ses 250 miliciens seront délogés de Degaulle pour être réinstallés dans la ville de Bouar où ils intégreront le rang des Unités spéciales mixtes de sécurité (USMS), conformément à l’accord du 6 février 2019.

Aussi, Abbas Siddiki, aurait exprimé le désir de reprendre son poste de conseiller à la Primature centrafricaine malgré tout. Seulement, Siddiki compte résider pour un début dans la ville de Bouar non loin de ses éléments et de son bétail éparpillé dans la Nana Mambéré et l’Ouham-Péndé.

La décision d’abandonner du mouvement 3R résulte des dernières pressions exercées par le Gouvernement centrafricain via le Ministre Issa Bi Amadou, président des chefs traditionnels peuls de Centrafrique, et la Minusca qui a installé des check-points tout autour de la base de Siddiki.

Les mêmes sources de rassurer que la dissolution du mouvement 3R suivra le désarmement de l’ensemble de ses combattants.

Le 21 mai dernier, combien signataire de l’accord de paix, le mouvement 3R a causé la mort de plus de 50 personnes dans un village non loin de la ville Paoua.

La rédaction