Humanité : Bida Koyagbélé somme les ONG et garantit la prise en charge de 50 orphelins à Bangui

Kangbi-ndara.info/  La très complexe  équation de se nourrir au quotidien dans le plus grand  site des déplacés à Bangui est en partie solutionnée pour les 50 enfants orphelins recensés par l’Association des Paysans de Centrafrique (APC) et le Mouvement Kité de Bida Koyagbélé. En outre, le révolutionnaire Bida Koyagbélé juge injurieux le train de vie élevé des multinationaux en Centrafrique tandis que la population sombre dans la pauvreté.

useniceAux médias centrafricains, le leader du Mouvement Kité (Mouvement défie) se dit très préoccuper par le sort des enfants devenus des orphelins et laissés pour compte au site des déplacés internes de Bangui M’PoKo. Pour signifier son ressentiment, il a lancé ce  jour 10 mai 2016, quelques heures avant de prendre son vol à destination d’Afrique du Sud, l’Opération  « Kangbi Mapa (partage du pain)» qui consiste à offrir au quotidien le petit déjeuner aux 50 orphelins recensé par l’APC le mois de mars dernier. Les motivations de Bida Koyagbélé, initiateur de la Révolution du bonheur en Centrafrique dit en sango « Révolution Ti Bomengo », se résument par les phrases suivantes : « Ces enfants représentent l’avenir de notre pays et, c’est l’avenir de l’Afrique qui est là. Si nous avons un investissement à faire c’est de les soutenir ».

Pour cette  première phase d’humanité en faveur des enfants ayant perdus leurs parents durant la récente crise, l’APC-Kité de Bida Koyagbélé a offert 50 pains, un carton de 24 boites de lait (1 kg/boite), 10 sachets de sucre d’un kilogramme et 50 gobelets en plastique pour la désormais prise quotidienne du petit déjeuner des enfants orphelins du site M’Poko.

« Je loue le geste de mon compatriote Bida. Les enfants ne mangeaient pas, ils souffraient. Notre président (le président du site en question, NDLR) était obligé de se rapprocher de l’ONG internationale Triangle afin que  les enfants ne mangent à midi mais les soirs, ils dorment sans ne rien manger. Sachant que les enfants vont désormais prendre leur petit déjeuner tous les matins, il n’existe pas de mots pour remercier mon frère Bida », a déclaré Germaine Yassipou, animatrice d’une ONG internationale et résidente du site de Bangui M’Poko. 

Par ailleurs, Bida Koyagbélé, saisissant l’opportunité que lui offrent les médias nationaux, tient à remonter les bretelles aux institutions internationales présentent en République centrafricaine qui, selon lui, ne font qu’abuser du peuple centrafricain. « Les paysans de Centrafrique vont nourrir les enfants orphelins du site M’Poko avec les produits de leurs durs labeurs. Du manioc, des légumes, de viandes et du poisson produits par des paysans centrafricains. Nous allons prendre en charge nos enfants. Le mois prochain, nous allons leur ramener des lits en étage parce qu’ils dorment par terre. Ensuite, nous allons les envoyer à l’école. L’APC construira un orphelinat pour accueillir ces enfants victimes des conflits. Nous allons nous occuper aussi des enfants violés par des militaires français et certains casques bleus, mais surtout par les militaires français, on va s’occuper d’eux, avec une assistance psychologique…  Avec tous les milliards qu’on donne aux nations unies, il est inacceptable que nos enfants puissent vivre dans des conditions comme des animaux quand on sait qu’ils se promènent dans notre pays avec des 4/4 qui valent entre 50 à 100 millions de FCFA. Avec de tels montants on peut déjà construire 10 orphelinats, ce n’est pas normal. Ils logent les grandes maisons de la place et des palaces avec de l’argent destiné à s’occuper de nos enfants. Les nations unies se moquent de nous en traitant nos enfants dans ces conditions lamentables alors qu’en Europe les orphelins ne sont pas traités comme ça. Les orphelins venus de Syrie ne sont pas traités comme ça, pourquoi seuls nos enfants sont-t-ils maltraités ?»

Il convient de rappeler que Bida Koyagbélé, fils du banquier centrafricain Joseph Koyagbélé rappelé à dieu en mars dernier, est amoureux des doctrines et idéologies révolutionnaires à la fois empiriques et contemporaines. Ces récurrentes diatribes morales à l’endroit de la France et des états africains aux soldes du colonisateur lui a valu l’estime de plus d’un mais aussi le rejet par une catégorie d’individus. Ce jeune agroindustriel centrafricain, rêve d’une révolution verte en République centrafricaine à l’instar du Burkina Faso car il se persuade que c’est l’unique voie par laquelle la Centrafrique se libèrera des lianes invisibles qui l’empêchent de se mouvoir. Exilé en Afrique du Sud depuis 2013, Bida Koyagbélé, avec le soutien des autorités sud-africaines particulièrement du Président Jacob Zuma, entend concrétiser ses ambitions en retournant dans son pays la République centrafricaine, ce qu’il fit en mars dernier. Il ‘est point de doute que la relation entre Bida et nouvelles autorités, contrairement aux celles de la transition, est au beau fixe.

L’acte d’humanité de Bida Koyagbélé précède d' un jour avant la journée nationale consacrée aux victimes des conflits en République centrafricaine.

Johnny Yannick NALIMO

Comments

comments