Implication des femmes victimes des conflits dans le processus de Réconciliation Nationale en RCA: le FHAP milite

Kangbi-ndara.info/ C’est au cours d’un atelier d’Analyse des réflexions de plaidoyer des femmes de six localités touchées par les Conflits en RCA afin de développer et vulgariser un document de base qui contiendra une position commune des femmes sur la réconciliation nationale et la prise des décisions sécuritaires, organisé le 04 Octobre au Centre Protestant pour la Jeunesse(CPJ), que la Coordonatrice de FHAP Mme Tatiana Bangue a exprimé la bonne volonté de son ONG à promouvoir  l’implication effective des femmes victimes des conflits en RCA dans le processus de Réconciliation Nationale et les réformes sécuritaires.

 

image001Au cours de cet atelier, les représentants venus de différentes régions de l’arrière pays, notamment de Bria, Zemio, Ndélé, Bouar, Berberati, Carnot et Paoua, ont partagé sur la situation sécuritaire et les souffrances que traversent les femmes victimes des conflits. Selon le représentant de Bria, certaines femmes enceintes ont été éventrées et laisser à la merci de la nature. D’autres témoignages ont fait état de bon nombre de femmes qui sont devenus traumatisées et trouvent difficiles d’oublier les viols et violences physiques dont elles ont été victimes. Les représentants ont ensuite solliciter l’assistance financière et matérielle de l’ONG FHAP afin de permettre à ces femmes victimes de lancer de petites activités génératrices de revenus pour les aider à se prendre en charge et ont chargé la Coordonatrice de FHAP de plaidoyer auprès de l’Etat pour Implication dans le processus de Réconciliation Nationale.

Pour la coordonatrice nationale de FHAP, Madame Tatiana Bangue, Il est certes vrai que les femmes ont toujours été les toutes premières victimes des conflits qui ont secoué la RCA. Il est donc nécessaire pour l’Etat de les impliquer dans le processus de Réconciliation et de Cohésion sociale afin de parvenir à une paix durable. Madame Tatiana Bangue a ensuite exhorté les femmes affectées par les conflits à « ne pas céder à la haine et la vengeance, mais plutôt elles doivent accepter et reconnaitre l’état dans lequel elles se trouvent et prendre un nouvel élan ; car rien n’est encore perdu ». La coordonatrice a ensuite rassuré les participants à cet atelier du soutien de FHAP dans la meure du possible afin d’aider ces femmes victimes d’une manière ou d’une autre.

image001Dans son mot de remerciement, la Conseillère psychosociale de FHAP, Madame…. A réaffirmé que la consolidation de la paix et la réconciliation nécessite l’implication de tous.

Rappelons que l’ONG nationale Femme Homme Action Plus (FHAP) a vu le jour en2010 et travaillait beaucoup plus avec les femmes victimes des exactions de la LRA de Joseph Koni dans la région de Zemio. C’est en 2011 que ses activités se sont officiellement étendu sur le reste du territoire Centrafricain et elle milite pour la promotion féminine et l’implication des femmes dans les prises de décisions de l’Etat et de la société.                                                                                                                                                                                                     Edgard Gbozang

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire