Infanticide : quand les pédiatres et couveuses tuent au Complexe pédiatrique de Bangui

Kangbi-ndara.info/ Rien que la journée du 15 juin 2018, quatre décès enregistrés au complexe pédiatrique de Bangui. Décès de bébés liés au manque d’oxygène et des erreurs professionnelles de certains pédiatres.

« Mon bébé né prématurément venait d’avoir une semaine hier matin. C’était une fille courageuse car elle s’agitait beaucoup. Je ne sais pas si la pédiatrie de Bangui est dotée d’un groupe électrogène mais à cause du délestage d’hier il manquait cruellement d’oxygène dans les couveuses des bébés. Le mien s’étouffait et je voyais ses lèvres se desséchés.  A mes côtés des pleurs se faisaient entendre tour à tour. J’ai réalisé que les chances de survie de mon bébé sont aussi très réduites. Finalement je l’ai perdu tôt ce matin  à 4 heures », explique Priscilla, rencontrée au domicile familial sis le quartier Gobongo dans le 4ème arrondissement, après sa sortie du complexe pédiatrique de Bangui.

Parmi les parents éprouvés du 14 juin 2018 faute d’oxygène et des aptitudes professionnelles susceptibles de sauver des vies au complexe pédiatrique de Bangui, un membre du membre du Gouvernement centrafricain.

Priscilla citée ci-haut ajoute qu’en plus de la coupure du courant électrique, son bébé d’une semaine a été très tôt retiré de la couveuse sur instruction du personnel de la pédiatrie. L’enfant exposé au froid dans un milieu étranger à l’utérus de sa maman s’est étouffé fatalement.

Ce genre de tragédie interpelle les compétences autorisées en République Centrafricaine à porter une attention particulière sur les conditions d’utilisation des appareils médicaux essentiels à la survie des bébés nés avant terme et de ceux ayant des maladies congénitales.

Kangbi-ndara




Laisser un commentaire