Initiative courageuse : le Législatif bouge, l’Exécutif boude

Kangbi-ndara.info/ Plus question d’attendre que les solutions aux tombent du ciel comme de la manne pour pallier les problèmes centrafricains. Le parlement centrafricain vient d’innover en optant pour une tentative de sortie de crise avec des orientations internes. L’initiative ne fait pas bonne impression du côté de l’Exécutif.

La Communauté internationale, l’Union  africaine, la CEEAC, Sant Egido, Angola  et autres peuvent désormais avoir du temps pour songer à autre chose que de se griller la matière grise sur un Etat « immature » dont la paresse et la mendicité se révèlent d’honorables vertus.

Le ton risqué vient d’être donné par les élus de la nation sous la férule  d’Abdou Karim Meckassoua, président de l’Assemblée national.

Les Centrafricains doivent oser prendre leur destiné en main afin que la paix et la sécurité reviennent dans le pays. Que réparation soit faite aux victimes et que les quelques 900 bourreaux ainsi que les quelques 300 témoins auront à leur trousse la Cour pénale spéciale (CPS).

L’initiative prise par le parlement a raflé les éloges des organisations de la Société civile qui ont répondu massivement de leurs présences hier 19 juin 2017 à l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Les représentants des associations de la société civile conviées par les élus de la nation ont positivement apporté leurs contributions par des observations, des amendements et des propositions.

Par ailleurs, pour l’Exécutif centrafricain, cette démarche parlementaire sent le roussi. Le président de l’Assemblée tenterait par cette initiative de se faire passer d’une manière ou d’une autre au Chef de l’Etat. La présidence de la République cite l’article 33 de la Constitution, alinéa 5, pour rappeler au Législatif que seul le Chef de l’Etat prend les initiatives.

D’après quelques proches du Chef de l’Etat, ’intellection innovante du Parlement devrait être prise pour une contribution et non pour une « initiative ».

Certaines sources au Palis de la Renaissance se persudent que, le président de l’Assemblée nationale commence par cette initiative à lever le voile sur son véritable visage et les ambitions inavouées qu’il nourrie toutes les nuits. « Meckassoua est entrain de déguiser l’amnistie par ces initiatives. Il fait le pied de nez à la Communauté internationale et toutes les institutions et pays amis qui ont déjà élaborés des plans de sortie de crises », commente une de nos sources couverte sous l’anonymat. 

Or, de l’avis de la rue à Bangui, en mettant la machine législative centrafricaine en marche, l’on boosterait probablement l’Exécutif qui brille par la paresse innovatrice pour tout attendre de l’extérieure.  

« Si l’Exécutif sous estime le débit de réflexion du Parlement, il passera ses nuits sur un matelas rempli d’épines piquantes », commente un activiste centrafricain.

La rencontre d’hier à l’hémicycle à l’initiative des élus du Peuple intervient au moment où le gouvernement, le parlement, les groupes armés, la société civile, les religieux et autres sont à Rome pour négocier le retour de la paix dans le pays.

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire