Interférence étrangère : le DG de l’OCRB voit-il midi à la porte du patron de la Minusca ?

Kangbi-ndara.info/ Le maintien du rangers et lieutenant de l’armée centrafricaine Robert Yekoua Kette au poste du Directeur général (DG) de l’Office Central de Répression du Banditisme (OCRB) semble déranger énormément le sommeil du chef de la Mission multidimensionnelle des nations unies pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca).

Onanga-OnyangaDes sources dignes de foi de Kangbi-ndara, le patron de la Minusca le gabonais Onanga-Onyanga  aurait la semaine du 18 avril 2016 fait part de ses intentions de voir partir Robert Yekoua-Kette à la tête de l’OCRB à un membre du gouvernement du Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji.   Onyanga évoquerait pour motif l’espièglerie du DG de l’OCRB. Selon une de nos sources, le patron de la Minusca semble ignorer que la cessation brutale des actes de banditisme dans la capitale centrafricaine revient en grande partie au DG de l’OCRB Robert Yékoua-Kette qui d’ailleurs dénonçait sans ambages le « laxisme » des forces étrangères en cas des interventions.

D’autres sources proches du régime transitoire de Catherine SambaPanza affirment en off  que : « démettre le DG de l’OCRB de ses fonctions ferait non seulement l’obsession d’Onyanga mais de plusieurs représentations diplomatiques à Bangui ». D’où l’on s’interrogerait sans doute : pourquoi  un tel acharnement contre celui pour qui les Banguissois doivent reconnaissance ?

De notre examen de la situation, cette pratique d’ingérence n’est pas nouvelle vu que certains ministres conseillers au cabinet de l’ex-présidente Catherine Samba Panza ont affirmé subir cette pression durant la transition mais qu’ils n’avaient pas bronché. Donc, il serait probablement humiliant pour le régime populaire en place de faiblir là où la transition a surmonté. L’actuel ministre de l’Intérieur et de la Sécurité devrait s’appuyer sur les différentes entités de police en place et très particulièrement sur l’OCRB pour restaurer la quiétude dans la ville de Bangui et progressivement sur l’ensemble du territoire.

Ceux qui en veulent à Yékoua Kette se félicite du fait que ministre centrafricain de la Défense sortant notamment Joseph Bindoumi s’est esbigné sous des pressions extérieures.  En outre, s’il devrait y avoir sujet à couper vraiment le sommeil d’Onyanga c’est sans doute de trouver moyen de rompre dans de meilleurs délai les contrats des prédateurs sexuels portant des casques bleus qui pavanent sur l’ensemble du territoire national. Robert Yékoua-Kette est un officier de l’armée centrafricaine et donc seule l’autorité locale peut le juger sur des faits. Et, ce sont des questions strictement internes qui relève de la souveraineté de l’Etat centrafricain Onanga-Onyanga  n’a pas à s’immiscer même s’il considérait la Centrafrique comme un état fantôme soit-il. De toutes évidences, Robert Yékoua-Kette ne voit pas midi à la porte de la Minusca.

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire