Jacob Goyema : « Plus nous sommes uni…plus nous ferons des grandes choses »

Kangbi-ndara.com / Il a la volonté et il l'a exprimé en s'engageant pour représenter et encadrer la colonie centrafricaine au Sénégal. Mr Jacob Goyema, cadre de l'Asecna,  élu président de la communauté centrafricaine du Sénégal le mois dernier ne compte que l'unité des membres de l'ACAS-TONGOLO pour relever les grands défis de l'association placée sous sa férule.

Monsieur le Président, vous êtes cadre de l’ASECNA, la colonie centrafricaine vient de vous élire à la tête de leur association dénommée  « ACAS_TONGOLO lors d’une assemblée générale élective tenue le 25 janvier 2015. Quelles sont vos impressions et pourquoi ACAS_TONGOLO a vu le jour au Sénégal ?

inzaJacob GOYEMA : Les centrafricains sont venus très massivement pour élire leurs représentants. J’ai réalisé qu’il y avait vraiment une forte colonie centrafricaine au Sénégal, la terre de la « TERRANGA », qui a besoin d’être encadrée et encouragée à faire du mieux. C’est pour cette raison  que « ACAS_TONGOLO » a été créée. Au Sénégal, il n’y a aucune structure à laquelle les centrafricains peuvent s’identifier. Avec la création de cette association, tous les centrafricains vivants au Sénégal pourront  s’identifier à elle.

Comment avez-vous jugé le déroulement des élections ?

Les élections se sont déroulées dans la paix, la sérénité et surtout dans la transparence. Les membres du Bureau à charge d’organiser ces élections ont fait un très bon travail qui a été apprécié par tous.

Les centrafricaines et les centrafricains se sont mobilisées massivement pour cet évènement et vous êtes élu à plus de 70% de voix. Quel était le secret de votre campagne ?

J’ai construit la stratégie de ma campagne sur une communication active à deux volets : le contact physique et le médiat.

S’agissant du contact physique qui était la 1ère phase de la campagne, mon équipe et moi, nous nous sommes allés rencontrer physiquement les électeurs pour leur expliquer le bien-fondé, le but et les objectifs de l’association et nous leur avions présenté le programme.

Le deuxième volet de la campagne a consisté à la sensibilisation des électeurs par  l’envoi des messages par SMS et sur les réseaux sociaux.

Certains centrafricains ont voté sans une pièce nationale alors que les statuts de l’association n’autorisent pas cela ?

Lorsque certains compatriotes ne disposant d’aucun document administratif leur permettant de voter ont exposé le problème, le bureau après analyse de la problématique a jugé mieux de les laisser remplir leur devoir civique. Dans la mesure où ces compatriotes parlent correctement le sango et qu’ils sont connus de beaucoup d’entre nous, je ne peux que soutenir la décision prise par le Bureau de l’assemblée générale.

Le Bureau Exécutif de l’association une fois installé, étudiera avec les autorités de Bangui dans quelle mesure trouver solution au problème des documents administratifs que rencontrent les centrafricaines et les centrafricains  vivants au Sénégal.

Quelles sont les priorités du Bureau Exécutif de l’ACAS-TONGOLO ?

La priorité des priorités c’est de promouvoir l’esprit d’unité, d’amour, de solidarité et d’entraide entre les centrafricaines et les centrafricains vivants au Sénégal. Le Bureau devra mettre enœuvre des actions ayant pour but de conscientiser les compatriotes à être plus unis, plus solidaires et plus patriotiques.

Pourquoi y a-t-il encore des postes vacants au sein du bureau ?

Il y a trois à quatre postes vacants à combler. Vous savez, il y a beaucoup d’entre nous qui ne veulent pas s’engager pour être au service des autres. D’autres pensent qu’il n’y a jamais du sérieux dans ce que les centrafricains font. Bref, il manquait des motivations.

Dans votre discours de la clôture de l’assemblée, vous avez dit « malheur à l’homme seul », pourquoi.

L’unité est le premier maillon de notre devise. L’unité est très importante dans la vie associative, dans un pays ou dans une nation. Sans l’unité on ne peut rien faire. Plus nous sommes « uni », plus nous sommes «efficace », plus nous ferons des grandes choses.Et l’unité repose sur l’amour, l’amour du prochain. Beaucoup de centrafricains et hommes politiques se réclament de l’esprit de BOGANDA, mais ils ne sont pas à mesure de mettre en pratique les pensées de BOGANDA. Je dois engager le Bureau à œuvrer pour l’unité dans l’amour entre les centrafricains vivants au Sénégal.

Beaucoup de centrafricains vivent dans les provinces du Sénégal. Qu’attendez-vous faire pour ceux-là ?

Nous allons élaborer un programme de visite dans les villes où vivent les compatriotes. Nous allons aussi  mettre en place des points de contacts dans ces villes.

Quel est votre message pour tous les centrafricains du Sénégal ?

Jacob GOYEMA : J’exhorte toutes les centrafricaines et tous les centrafricains vivant(e)s au Sénégal à être plus unis dans l’amour à être plus solidaires et à promouvoir l’entraide.

Propos receuillis par Inza Pierre

Comments

comments