Je gagne, l’Etat gagne : formés pour un partenariat gagnant-gagnant

Kangbi-ndara.info/ Vulgariser la connaissance des textes de loi relatifs au Commerce en Centrafrique pour obtenir de meilleurs résultats dans les secteurs public et privé est l’objectif d’un atelier de formation ouvert hier 16 octobre à Bangui, capitale centrafricaine.

 

 

 

 

 

 

 

Faute de connaissance des textes, l’interprétation du code de commerce centrafricain va d’un agent des douanes en uniforme à un contrôleur des impôts en civile. Le comique de l’histoire, l’opérateur économique et le contribuable centrafricain paient le lourd tribut.

Pour un gain équitable, l’Etat et le particulier, en ce qui concerne toute activité commerciale en Centrafrique, les cotisations sociales et autres, l’information doit être accessible et connue de tous. Ainsi, les parties ne miseront ni plus ni moins.

C’est l’objectif principal de cet atelier de quarante huit heures basé sur le renforcement des capacités et le perfectionnement, co-initié par les cabinets d’Audit de Gestion et Management (AGM) et Zarambaud.

Plus d’une trentaine de participants issus de différents pools d’activités commerciales prennent part à cette formation.

D’après les organisateurs, l’atelier vise essentiellement le secteur privé pour son dynamisme dans un environnement en proie à la fraude et à la corruption. La fraude et la corruption sont les résultantes de la méconnaissance des droits et devoirs des parties prescrits par la loi.

La première séance s’est tenue hier à l’Hôtel Ledger Plazza de Bangui. La deuxième séance s’y tient et prend fin aujourd’hui 17 octobre 2017.

Johnny Yannick Nalimo pour Kangbi-ndara 

Comments

comments




Laisser un commentaire