La réélection de Nguende à la présidence du CNT : un ministre dénonce l’achat des consciences

Le résultat de l’élection du nouveau président du Conseil National de Transition (CNT) n’a pas été surprenant pour bon nombre de centrafricains. Le président du bureau du CNT dissout à peine une semaine vient d’être réélu par ses pairs le 08 août 2013 à Bangui avec un suffrage de 87 voix contre 46 de son challenger. Une réélection jugée non démocratique, de magouille et d’achat de consciences par un ministre centrafricain qui n’a pas requis l’anonymat mais que la rédaction de Kangi-ndara.net  couvre quand même sous l’anonymat.

nguendetDans l’hémicycle de l’Assemble Nationale, les 130 conseillers nationaux ont procédé jeudi dernier à l’élection des nouveaux membres du bureau du Conseil National de Transition comme l’a exigé l’Union Européenne en mai dernier. La surprise a accusé un tort au décomptage des voix. C’est le président sortant qui revient sous un autre boubou s’assoir là où il a été il y a quelques jours. « C’est dans la magouille et l’achat des consciences » a martelé un membre actuel du gouvernement centrafricain un jour après le vote. Selon cette autorité politique, le président du CNT réélu n’a pas démissionné mais se sont les conseillers qui se sont qui auto dissouts. Il a indiqué que Alexandre Nguende a avant sa réélection a convié de nombreux conseillers à sa résidence pour acheter leur conscience moyennant 25 000 FCFA (soit environs 38 euro).

Notre source de révéler en plus qu’il y aurait un grief entre le Premier ministre centrafricain et l’actuel président du CNT. Le président Conseiller, Alexandre Nguende aurait pris en mal le fait que le Premier ministre, Nicolas Tiangaye s’est non seulement aligné derrière l’exigence de l’Union Européenne relative à la reconstitution du bureau du CNT mais pour le fait qu’il aurait usé de son influence pour convaincre certains conseillers à la dissolution du bureau du CNT.

Le ministre informateur a déduit que le bureau du CNT dissout et l’actuel ne reflète pas la Démocratie. « Le recrutement des conseillers a été monnayé, des postes ont été vendus et le Conseiller de la Préfecture de l’Ouham Péndé retenu au préalable n’a pas été choisi par les habitants de la localité pour cette attribution. Causalité, la population de cette région a désigné une autre personne pour la représente au CNT », nous a-t-il laissé entendre.

« Les mêmes faits produisent les mêmes effets. Bozizé a acheté la conscience des députés pour avoir la majorité absolue mais les résultats nous le savons aujourd’hui ; Patassé en a fait pareil, Kolingba, tous ont échoué », a asséné le ministre qui  a vainement tenté de faire signer une pétition aux autorités religieuses et autres pour le retrait des forces tchadiennes au sein de la Force multinationales de l’Afrique centrale (FOMAC) en charge de maintient de la paix et sécurité dans la capitale centrafricaine.

Kangbi-ndara

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire