La vérité de Stève Koba à quatre heures de l’élection du bureau de l’assemblée nationale

L'Hirondelle avec kangbi-ndara.info/ Le renouvellement du bureau de l’assemblée nationale a lieu ce jour à 10 h à l’hémicycle de la représentation nationale. En  amont, la campagne pour les différents postes et plus particulièrement la première vice-présidence s’est transposée sur le terrain médiatique par des lynchages médiatiques, des affabulations, la délation, les diatribes, les invectives et tout autre propos grivois et licencieux indignes des élus de la nation. L’honorable Steve Koba au cœur de cette cabale en règne a attendu les dernières heures pour rompre le silence et restituer la vérité. Sans polémique, le député de Mbaïki 1 et président du groupe parlementaire « Les cœurs-unis » investi candidat au poste de la vice-présidence pour le compte de ce groupe parlementaire  et approuvé par les alliés  en a profité pour donner les raisons de sa candidature dénuée de tout attrait revanchard, selon lui. Interview!

Honorable Steve Koba, ces derniers temps, vous êtes devenus le chou gras des médias, apparemment, il y a quelque chose qui ne marche pas. Au niveau de l’Assemblée nationale, on vous accuse d’un certains nombre de choses, entre autres votre défaite devant Abdou Karim Meckassoua lors du vote pour le perchoir de cette institution, de ne pas avoir de propriété bâtie, et à l’hôtel du Centre où vous résidez présentement, vous serez en contre coup avec la comptabilité de ce hôtel… De quoi s’agit-il exactement ?

Je confirme qu’effectivement, ces derniers temps, je fais l’objet d’une certaine allégation. Je ne suis malheureusement pas surpris, parce que l’intégralité de ces allégations a été déjà proférée verbalement par certaines personnes qui se considèrent être mes adversaires politiques. Mais ce que je pourrais vous dire très simplement sur les différentes allégations que vous venez d’énumérer, en commençant par une éventuelle défaite lors de l’élection du perchoir de l’Assemblée nationale, je vous confirme que je n’ai jamais été candidat pour le perchoir de l’Assemblée nationale. Mais, je peux vous dire que j’ai été candidat au poste de la 2ème Vice-présidence de l’Assemblée nationale – une candidature formulée le jour même du vote, sans avoir battu compagne, et pour laquelle j’avais recueilli 24 Voix contre 39 qu’avait recueillies mon challenger qui est l’actuel 1er Vice-président qui, au demeurant, est un ami avec qui nous avons partager beaucoup de choses.

En ce qui concerne la propriété bâtie dont il est question, j’ai effectivement déposé un dossier de candidature à l’élection présidentielle qui n’avait pas été retenu pour d’autres motifs qui ne sont pas toujours spécifiés. A un moment on disait que c’était pour un problème de caution, ce qui n’avait pas été le cas en réalité. Mais j’ai été élu Député de la Nation dans la 1ère Circonscription de Mbaïki en produisant tous les éléments constitutifs du dossier. Et donc, mon élection en tant que Député signifie que j’ai une propriété bâtie. Je profite pour vous donner l’adresse de ma propriété bâtie à Bangui : le 515. Avenue Naser au Centre-ville en face de l’Ambassade de Guinée Equatoriale – résidence qui a été pillée, saccagée lors de la rentrée de la Séléka en 2013.

Pour ce qui concerne les frais de séjour à l’hôtel du Centre où je réside depuis 2015 pour un long séjour lequel séjour a été présenté par l’ancien Ministre du Tourisme. Il est tout simplement question de recalculer mes frais de séjour sur la base des tarifs qui sont habituellement faits pour des personnes qui séjournent dans l’hôtel pour un long moment à la différence des factures journalières ou hebdomadaires. Je voudrais vous dire que nous déjà en train de trouver de terrain d’entente avec la comptabilité de l’hôtel. Le choix même que j’ai fait pour venir à l’hôtel du Centre que d’aller dans un autre hôtel est que c’est hôtel à capital centrafricain.

Quant à ce qui est de mon soutien à Anicet Georges Dologuélé, je tiens à vous dire que je ne suis pas du genre à renier mes amitiés ou mes liens de parenté. Je dois préciser d’ores et déjà que Anicet Georges Dologuélé est mon beau-frère, étant donné qu’il est marié à ma cousine Luiza Dologuélé née Potolo. A ce titre, j’ai été approché, pas seulement par le président Dologuélé pour soutenir certains candidats dès le premier tour de la présidentielle, notamment dans la région de la Lobaye. Tout compte fait, je n’ai soutenu aucun candidat dans la Lobaye si ce n’est mon propre frère Jean Baptiste Koba qui s’était présenté à l’élection présidentielle. Il se trouve au second tour, j’ai été approché par le président Dologuélé. Entretemps, lors d’une rencontre de tous les anciens candidats au 1er tour de la présidentielle avec le Représentant du Secrétaire général des Nations unies, Parfait Onanga Anyanga, j’avais remis ma carte de visite au Président Faustin Archange Touadera.

Mais, les raisons pour lesquelles j’ai eu une oreille attentive à la sollicitude de l’URCA, c’est que ce parti n’avait pas présenté de candidat aux législatives face au candidat Steve Koba. Seulement, les prises de contacts ont été très longues et nous n’avons pu recevoir Anicet Georges Dologuélé que quelques jours avant les scrutins, notamment le vendredi soir qu’un accord a été signé pour le soutenir dans le cadre du 2nd tour. Malheureusement, il était déjà tard pour changer les choses. Mais toutefois, j’ai eu l’honnêteté de dire au candidat Dologuélé qui sollicitait mon appui que les informations tant dans ma circonscription que dans la Lobaye toute entière, le candidat Faustin Archange Touadera semblait largement en tête. C’est cela la réalité.

Si tel est le cas, selon vous Honorable, pourquoi faites-vous l’objet d’une telle cabale médiatique ?

Je crois qu’il faut y voir le timing. Depuis que je suis à l’Assemblée nationale, je prends régulièrement la parole, j’interviens régulièrement en tant que Président du Groupe parlementaire ‘’cœurs unis’’ et individuellement en tant que Député de la Nation. Je n’ai été attaqué ni dans l’hémicycle ni dans les médias. Tout ce que je peux vous dire c’est que toutes ces allégations sont exactement, mot par mot, des allégations qui sont proférées par une personnalité politique de l’Assemblée nationale qui a eu à le dire déjà à des collègues Députés, à des personnalités proches du Président de la République. Et si vous voyez que tout cela sort à quelques jours ou quelques heures de l’élection pour le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, cela veut dire très clairement que les supposés challengers ont décidé de mener une politique que les Centrafricaines et les Centrafricaines n’en veulent plus. Donc clairement, je suis victime d’une cabale médiatique à visée électorale.

Revenons-en à l’élection pour le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, dites-nous selon vous, quels sont les vrais enjeux de ces élections au-delà de tout ce que les gens peuvent concocter contre les uns et les autres ?

Les vrais enjeux, c’est de créer les conditions d’une stabilité institutionnelle, c’est-à-dire de faire en sorte que l’Exécutif et le Législatif puissent travailler dans des conditions de confiance et de respect mutuel. L’Assemblée nationale, pour qu’elle mérite son nom doit présenter un bureau qui soit représentatif de toutes les sensibilités politiques présentes à l’Assemblée nationale en y incluant également le genre, car l’Assemblée nationale a voté une Loi de parité entre les hommes et les femmes qui va se faire de manière progressive.
Alors que lorsque vous prenez la structure du bureau actuel de l’Assemblée nationale, vous pourriez remarquer très aisément qu’il n’y a qu’une sensibilité qui détient la quasi-totalité des postes. Le Président Abdou Karim Meckassoua émane du Groupe parlementaire ‘’Le chemin de l’espérance’’ ; le 1er Vice-président Aurélien Simplice Zingas lui-aussi ; le 2ème Vice-président Timoléon Baïkoua est non inscrit ; le 3ème Vice-président Davy Yama du parti PUN est Membre de groupe ‘’Le chemin de l’espérance’’ ; le 1er Questeur Maxim Bondjo de Boda est du groupe ‘’Le chemin de l’espérance’’… Rien que cela montre très clairement que la représentation des sensibilités n’y est pas d’où nécessité d’élire un bureau qui soit représentatif des toutes les forces politiques.

On peut encore pousser l’analyse, par exemple que le 1er Vice-président est l’unique Député du parti Kélémba et le 3ème Vice-président Davy Yama est l’unique Député de son parti ; alors qu’il y a des partis tels que le MLPC qui n’a pas de Membre dans le bureau de l’Assemblée nationale, le RDC, le Groupe parlementaire ‘’cœur uni’’ qui soutient le Chef de l’Etat fort d’une quarantaine de Députés qui n’a qu’un seul Membre, le premier Secrétaire laquelle est plus que jamais combattue aujourd’hui.

C’est ainsi que nous avons créé l’intergroupe ‘’cœur unis et alliés’’. Nous avons signé une alliance avec l’UNDP forte de 14 Députés, le RDC avec 9 Députés, le KNK avec 9 Députés, le MPLC qui a 10 Députés et le RPR qui a 7 Députés. A l’élection pour le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale, nous allons présenter des Députés qui vont représenter ces groupes. Nous avons même prévu de soutenir le candidat de l’opposition qui est celui de l’URCA et même ceux du groupe ‘’Le chemin de l’espérance’’. L’enjeu principal c’est qu’il y est le rassemblement, la sérénité de l’Assemblée nationale laquelle sérénité est souhaitée par le peuple centrafricain.

Fort de tout cela, dites-nous Honorable, si Steve Koba est candidat à un poste à l’élection pour le renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale ?

Formellement, j’ai été désigné depuis mardi 7 mars soir par tous mes collègues Membres du groupe ‘’cœurs unis’’  et tous les alliés, candidat au poste de la 1ère Vice-présidence de l’Assemblée nationale. Et si cette candidature peut paraitre tardive, c’est tout simplement parce que c’est une candidature qui s’est voulue être consensuelle et emprunte d’une certaine légitimité. Par contre, je ne serai pas le candidat de la revanche ni le candidat de la suprématie, mais plutôt le candidat du rassemble, le candidat de l’équilibre et de la stabilité institutionnelle.

Propos recueillis par Sylvestre KROCK du Quotidien L'Hirondelle

Comments

comments




Laisser un commentaire