La ville de Bossangoa étouffée par les exactions Séléka.

La panique est générale au sein de la population de Bossangoa (Nord) depuis les trois dernières semaines. Des éléments de la Séléka règnent en maitre et font subir des atrocités aux habitants de cette région et des localités.

slekaSelon un habitant de la ville joint au téléphone ce 1er août par Kangbi-Ndara et qui a requis l’anonymat, les éléments de la Séléka bouchent de force les narines de la population de Bossangoa et ses environs en les soumettant au régime des tortures, enlèvements et pillages systématiques. La source de relater que pas plus tard qu’hier, des combattants de la Séléka ont enlevés un jeune homme non loin du centre de santé privé du quartier Boro.

Quelques jours avant, les forces de la Séléka au pouvoir ont dans la semaine du 15 juillet, passé à t’abat le Directeur de l’école Ouham bac avant de crosser son épouse avec une Kalachnikov au niveau de la tête laissant une blessure profonde.

Après le forfait de l’Ouham bac, deux autres jeunes ont dans la même semaine été  enlevés pour des destinations inconnues par des éléments de la Séléka.

Impuissante devant cette situation, la population se dit terrifiée et ne sait plus à quel saint se vouer. En dépit du désespoir affiché par les habitants de Bossangoa, ceux-ci lancent un vibrant appel aux nouvelles autorités centrafricaines de voir de près ce qu’ils vivent depuis près de trois semaines dans la région.

Kangbi-Ndara.

Comments

comments




Laisser un commentaire