Lætitia Zonzambé va se faire entendre pour la paix en Centrafrique

L’ancienne étoile montante du collectif Bangos Rap à la fin de la décennie 90 et début des années 2000, aujourd’hui star confirmée ; Laetitia ZONZAMBE est devenue porte-drapeau de la musique centrafricaine. La chanteuse à la voix prestigeuse, à travers titres et contenus de ses compositions est une vraie fierté de Centrafrique qui a du mal à faire connaitre ses valeurs musicales au monde. Peut-être une future « MAMA AFRICA » ?

zonzambeJuvénal KOHEREPEDE : Qui êtes-vous ?

Laetitia ZONZAMBE : Laetitia Zonzambé, artiste chanteuse, née à Bangui en république centrafricaine, je suis en ce moment à Montréal (QC) au Canada où je continue à partager et vivre ma passion pour la musique et l’art en général.

Juvénal KOHEREPEDE : Quel genre de message véhiculez vous dans vos chansons?

Laetitia ZONZAMBE : Mes chansons véhiculent à la fois des messages et des émotions, car pour ceux qui ne comprennent pas les langues que j’utilise (sango, français, anglais…etc.), il y’a une connexion qui se fait au-delà de la compréhension de la langue à ce niveau. Je m’inspire pour créer mes chansons des choses de la vie, le bonheur, le malheur, la mort, l’espoir, la déception, l’amour, etc. Des thèmes qui sont liés à mon histoire personnelle ou pas. Par exemple une de mes chansons MANABE signifie la foi en sango. Je l’ai écrite après les premières mutineries en Centrafrique. Elle parle de la foi qu’il faut garder en toute circonstance et qui nous porte dans les épreuves de la vie. Dans TERRE NATALE, je parle de l’immigration et de l’éloignement. Une large place est également faite aux femmes. Je rends hommages à celles-ci dans des chansons comme «Wali » (femme) ou «Ma» signifiant maman et écoute, je raconte aussi des histoires de cœurs brisés comme dans «Sans lendemain» et « Na bê oko »  ou de cœurs volés dans «Messia» qui évoquent aussi les jeunes filles en perte de repère. La pauvreté y est également évoquée, celle qui ne doit pas faire perdre à l’homme sa dignité dans «Yo li ti mo na Nduzu» signifiant «garde la tête haute». Certaines chansons sont disponibles et en écoute sur mon site internet www.laetitiazonzambe.com

Juvénal KOHEREPEDE : Pouvez-vous nous parler de votre actualité artistique?

Laetitia ZONZAMBE :J’ai eu la chance d’obtenir récemment une subvention du Conseil des Arts et des Lettres du Québec en recherche et création, qui m’a permis de créer pendant quatre mois un nouveau répertoire de chansons originales s’inspirant et s’appuyant sur la richesse rythmique, mélodique et poétique de la musique Centrafricaine ; à travers les contes, les polyphonies vocales pygmées, les berceuses, etc. Je me suis aussi inspirée d’une forme plus contemporaine de l’oralité, le beat-box, qui est une technique vocale qui permet de créer une bande orchestrale en imitant différents instruments avec la voix pour créer mes chansons. Ce travail va me permettre de mettre en place et tester sur scène mon nouveau projet de spectacle intitulé « Sanza » qui est aussi le titre d’une de mes nouvelles chansons. Sanza est un titre qui célèbre la diversité que peut avoir un artiste dans la création. J’ai présenté le 30 avril 2013 dernier au « Festival MMM » (musique multi Montréal) quelques extraits en exclusivité du projet Sanza qui ont été très bien accueillis par le public présent au « Petit Medley » ce jour. Mes prochaines dates de concert à Montréal sont prévues pour le 29 mai au « Petit Medley », le 21 juin au festival « Francofolies », le 10 juillet à L’ile de la visitation « Concert sous la Pergola ». Je serai ensuite en tournée du 12 au 22 juillet 2013 en Colombie Britannique. Les dates de concerts sont visibles sur mon site internet www.laetitiazonzambe.com . Enfin, si tout se passe bien, ce travail aboutira à la sortie d’un nouvel album fin 2013. Parallèlement à ce projet, je suis petit à petit en train de mettre en place une ligne de bijoux et autres accessoires décorés avec du pagne, que j’appelle le projet « Sanza création » Pour suivre mon actualité, j’invite les lecteurs à me rejoindre sur ma Fan page facebook : www.facebook.com/laetitia1.zonzambe ou mon site internet : www.laetitiazonzambe.com

Juvénal KOHEREPEDE : Que comptez-vous faire pour la paix en RCA?

Laetitia ZONZAMBE : Le retour à la PAIX avec un grand P en R-C-A ne peut-être l’action d’une seule personne. Je crois en la force de l’amour et de l’unité, celle qui fait que nous sommes capables d’oublier nos différences et nos divergences pour sauver des vies et notre pays la RCA. En tant qu’artiste ma contribution pour la PAIX en RCA et de parler de la situation de crise extrême dans laquelle elle se trouve, en mettant en évidence des faits vécus par le peuple centrafricain dans mes textes et aussi en transmettant dans mes chansons un message de PAIX et d’unité , afin d’apporter un peu de réconfort dans ce chaos. Dans cet esprit, je participe en ce moment à un projet de chanson du collectif « S.O.S pour la paix en Centrafrique » qui mobilise plusieurs artistes de différentes disciplines qui vont utiliser leurs talents respectifs pour contribuer à faire entendre la voix du peuple Centrafricain pour réclamer ce droit élémentaire à vivre en paix en RCA. Aussi, ma ligne de conduite est de m’investir humainement et financièrement du mieux que je peux dans les actions positives et constructives visant à améliorer les conditions de vie de mes compatriotes Centrafricains. Pour ne citer que ceux là : Je pense aux actions du « Collectif urgences 236 » qui collecte des dons, médicaments pour les envoyer en RCA, à « US Sewa » qui se mobilise aussi pour des actions humanitaires en faveur de la RCA et « Radio Tongolo » pour la vitrine de diffusion des actions humanitaires, etc.

Juvénal KOHEREPEDE : Avez-vous un message à lancer à l'endroit du peuple centrafricain?

Laetitia ZOMZAMBE : Mon message pour le peuple centrafricain est Unité, Paix et courage, car la route est longue. Rassemblons-nous pour faire entendre nos voix, nos attentes dans le respect et la dignité. Travaillons ensemble pour que la loi des armes ne soit plus la plus forte et que la volonté du peuple soit respectée. Nous avons un pays beau et riche, nous devons absolument le préserver.« Terre natale », une chanson, un texte que j’ai écrit. Il traduit un peu mes espérances, mes sentiments pour la Centrafrique. Une terre et une population qui ne demande qu’à s’épanouir…

 
Loin de toi terre natale
Je deviens sentimentale
Je jette au loin tes défauts
Je ne vois que le plus beau
Et voudrais hisser plus haut
Les couleurs de ton drapeau
Oublier le temps des armes
Je veux ne vanter que tes charmes
Montrer ton plus beau visage
La beauté de ton paysage
Parler de la richesse de ta forêt
Ce long manteau vert dont tu te revêts
Parler du diamant et de l’or
Les plus beaux joyaux de ton corps
Loin de toi terre natale
Je deviens sentimentale
Je jette au loin tes défauts
Je ne vois que le plus beau
Et voudrais hisser plus haut
Les couleurs de ton drapeau
A travers les parcs nationaux
Bayanga, Saint-Floris ou Ngoto
Découvrir la faune et la flore
Vivre dans un autre décor
Bê Africa berceau des bantous
J’élèverai tes couleurs partout
Tu es belle et pleine d’atouts
Graver dans mon cœur comme un tatoue.

 

Propos recueillis par Juvénal KOHEREPEDE

Comments

comments




Laisser un commentaire