L’Association JDA une débouchée pour la jeunesse centrafricaine

La jeunesse centrafricaine en horde dispersée semble faible et assise .C’est pourquoi certains jeunes se regroupent en association afin de rester solidaires et forts .A l’image des jeunes de l’Afrique de l’Ouest. Une société éveillée se construit avec une forte société dominée par les jeunes, fer de lance de demain.

image001Henry MBELE : Parlez-nous de votre association J.D.A et vos objectifs ?

Stéphane DIMASSI : Dans le souci d’aider la jeunesse centrafricaine à prendre conscience de la situation quand bien critique dans laquelle elle se trouve tant sur le plan sanitaire, culturel et éducatif, il a été créé le 27 Juin 2012 à Bangui  une O.N.G apolitique à but non lucratif dénommée J.D.A (Jeune Debout pour ton Avenir). En effet, Notre pays ne crée pas assez d’opportunités ou des débouchés aux jeunes et notre association a pour but de pousser la jeunesse centrafricaine à prendre conscience du potentiel qu’elle détient et à savoir qu’elle est elle-même  la solution de ses nombreux problèmes et trouver des moyens d’améliorer leurs conditions de vie pour un développement durable car .

Henry MBELE : Quel moyen disposez-vous pour atteindre vos objectifs ?

Stéphane DIMASSI : Etant encore une O.N.G naissante, nous ne disposons pas encore de toutes les ressources requises pour l’accomplissement de toutes les tâches nécessaire à l’atteinte de nos objectifs. Mais je peux vous dire que nous avons le stricte nécessaire pour mener a bien nos activités à court terme. Pour l’instant nos meilleures ressources  sont les ressources humaines. Pour ce fait, nous sollicitons l’aide de toute personne physique ou morale de bonne volonté, poursuivant les mêmes objectifs que nous.

Henry MBELE : Avez-vous déjà réalisé une activité ?

Stéphane DIMASSI : Comme je l’ai dis tout à l’heur nous somme une Association naissante nous avons reçu notre autorisation juridique le moi passé. Mais je pense que cela ne va plus tarder car nous somme entraine travailler pour réalisations de nos activités.

Henry MBELE : Quels sont vos domaines d’intervention ?

Stéphane DIMASSI : Nous intervenons dans trois domaines, à savoir : 

  • Education : des actions seront menées aux fins de promouvoir l’outil informatique et les nouvelles technologies (NTIC) au milieu scolaire et universitaire par des programmes de formation, créer des opportunités ou des débouchés aux jeunes d’être actif. Créer un réseau de travail pour rehausser le niveau d’étude dans nos établissements, Contribuer à la stratégie de développement de l’éducation
  • Santé : nous poursuivant aussi quelques objectifs du millénaire: réduire la mortalité infantile et améliorer la santé maternelle. Combattre le VIH SIDA le paludisme et autre MST IST, de plus, participer aux actions d’hygiène contre l’insalubrité dans nos hôpitaux. 
  • Culture : l’accent sera mis sur Contribution à la mise en œuvre d’une politique pour valoriser la culture Centrafricaine, Assister dans la mesure du possible les jeunes talents  et organiser les journées culturelles ainsi que les foires d’exposition.

Henry MBELE : Que répondez-vous à ceux qui disent que les associations ne font que faire la politique ?

Stéphane DIMASSI : Cela n’engage que celles qui font la politique. Les textes de notre statut sont claires, nous somme une association apolitique et nous le resterons. Personnellement je pense que tout se passe à la base, je veux dire la source de la motivation, la vision et l’intention que l’on a derrière la tète au moment de la création de l’association.  

Henry MBELE : Avez-vous rencontré des difficultés ?

Stéphane DIMASSI : Oui nous avons rencontré des difficultés dans la lenteur administrative pour l’obtention de récépissé nous permettant d’exercer, de plus nous avons ce même problème dans la réalisation de quelques projets à cause de la situation que nous traversons dans notre pays.   

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire