Le bal des finissants : la clownerie d’ au revoir à Charles Malinas

Kangbi-ndara.info/ Médusés par ce qu’ils percevaient lors du concert d’au revoir à Charles Malinas hier vendredi 29 juillet 2016 à Bangui certains invités qualifient certains gestes de « clownerie ». 

Ngaissona malinasyesoneA l’heure où certains jubilent dans l’ombre à l’idée que l’empereur de Bangui en réalité l’ex ambassadeur de la France en Centrafrique Charles Malinas quittera la Centrafrique Mardi 02 août 2016, d’autres centrafricains se lamentent et semblent être éprouvés. Des représentants de l’exécutif, du parlement, du gouvernement et autres ont été présents au bar dancing Elesongo dans le 2e arrondissement de Bangui pour leurs adieux à Charles Malinas.

Si aucun responsable de l’ex-Séléka n’a été vu hier c’est, sans doute, en raison de la mondanité du cadre choisi par l’organisation.  En outre, aussi convié, Martin Ziguélé, président du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) se serait montré prudent en s’excusant pour son absence.

Des émotions à la limite des plaisanteries triviales teintées d’ironie ignoble ont été des pièces comiques présentées par certains irréductibles fils du pays. Témoignages, inscriptions et commentaires perçus  à l’occasion du concert organisé par l’ex-conseiller national de transition et grand ami du diplomate français, Florent Yatibingui Sokambi confirment cette déduction.

 martaok« M. Charles Malinas je vous centrafricanise », écrit sur un tableau qu’elle offre au diplomate français la jeune styliste centrafricaine Martha Gouandjika, fille de Fidèle Gouandjika, ministre conseiller à la présidence.

« C’est avec pincement de cœur mais on va le laisser partir parce que les gens ont besoin de vivre là-bas à Prague », se console Florent Yatibingui Sokambi.

« Ce grand homme à cœur humble a transformé ma vie… Il m’a fait comprendre la sens de la patrie (l’article précédant Sens, lapsus linguae ? Ndlr)  », témoigne le coordonateur des antibalaka Edouard Ngaissona. Beaucoup s’interrogeaient de savoir le mobile des ovations  exagérées de l’opérateur économique centrafricain Benjamin Greckoy à chaque phrase construite par Ngaissona pour faire l’éloge de Malinas.

 Cerise sur le gâteau, même Firmin Ngrebada, Directeur de cabinet du Président Faustin Archange Touadera a honoré de sa présence (Moins de 30 minutes) ce bal dit de « clowns » où l’on a vu Alexandre Ferdinand N’Guendet, ancien président du Conseil national de transition (CNT) parader en arborant un pas de danse circonstancié du genre : Malinas tu nous manque tellement.

Ont été vus dans le bar dancing Elesongo, Augustin Agou, député du 1er arrondissement de Bangui, Désiré Bilal Zanga Kolingba, candidat malheureux du Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), l’ancien ministre issu de la mouvance Antibalaka, Sébastien Wénézoui, Virginie Mbaïkoua, ministre des Affaires Sociales de la Réconciliation, Jean Christophe Nguinza, ministre secrétaire général du gouvernement et bien d’autres.

Il n’est point de que doute l’ex-ambassadeur de France a joué des rôles plus ou moins décisifs pour la stabilisation du pays et autres. Affecté à Prague en Europe de l’Est il va sans doute manquer davantage à ses amis de Centrafrique. Ceux qui estiment qu’il faut tourner la page Charles Malinas pour en ouvrir une autre pourraient être surpris après la prise de fonction de Christian Bader, nouvel ambassadeur de France en Centrafrique.  La politique étrangère française reste toujours la même !

Johnny Yannick Nalimo

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire