« Le KM 5 n’est pas un Etat à part, il fait partie intégrante de la nation », selon Youssouf Ahmat

KM5 1kangbi-ndara.info/ "S'il y a légitime défense, il n'y a pas légitimes victimes ni dommages car ce sont les filles et fils du pays qui ont péri ou perdu des êtres et des choses chères", c'est le substrat de la déclaration de Youssouf Ahmat, coordonnateur général des jeunes regroupés en autodéfense du KM 5.

Déclaration intervenue au cours d'une conférence de presse co-animée par le leader de la Seleka rénovée et de l'Association Matabissi ti Siriri, Mohammed Moussa Dhaffane. Par cette conférence de presse, la coordination de l'autodéfense du KM 5 entend ainsi rendre publics, les efforts consentis pour que règne dans cette partie de la Capitale, l'accalmie qui se consolide aujourd'hui avec la reprise des activités du plus grand centre commercial de Bangui. 

Entre autres actions présentées par Youssouf Ahmat, la "perpétuation de la cohésion sociale et du vivre ensemble, la coexistence desmosquées et églises, l'absence des "kouskets", la protection des institutions publiques et privées, des humanitaires oeuvrant dans la zone, la contribution à la sécurisation des consultations populaires, la signature du pacte de non-agression avec les populations de Boéing pour la réouverture du cimétière musulman…".

Des actions quelques peu méconnues mais aussi déterminantes pour la consolidation de la paix dans cette partie de la ville. A cet effet et malgré les actions ci-dessus présentées, Youssouf Ahmat explique que son organisation n'a "jamais été prise en compte dans les différentes rencontres qu'il s'agisse de l'accord de cessation des hostilités de Brazzaville, de Rome, le forum de Bangui…".

"…l'autodéfense a toujours été écartée au profit des personnes mal indiquées, cooptées ici et là", a déclaré le coordonnateur général Youssouf Ahmat. 

De ce fait, il espère que les "choses vont changer" avec l'élection de Faustin Archange Touadera et que ce dernier devra donc désormais compter avec "la jeunesse centrafricaine engagée qui n'est plus prête à se laisser manipuler".

"Le KM 5 n'est pas un Etat à part, il fait partie intégrante de la nation", martèle Youssouf Ahmat affirmant par ailleurs que l'autodéfense et la jeunesse "ne sont ni des voyous, ni des hors-la-loi encore moins des apatrides", mais des citoyens à part qui ne souhaitent pas "être exclus de la société". 

Un appel pressant à l'endroit des nouvelles autorités qui, malgré le chantier titanesque en vue, devront – de concert avc la communauté internationale "intégrer" ces compatriotes dans ce "processus de reconstruction nationale". 

"La reconstruction qui dépendra en grande partie de la véritable réconciliation entre les filles et les fils de la République Centrafricaine ne saurait se faire dans l'exclusion", précise pour sa part, Mohammed Moussa Dhaffane.
 

Comments

comments




Laisser un commentaire