Les Etats membres des Nations-Unies réaffirment leur soutien à la RCA

kangbi-ndara.info/ Les Etats membres des Nations Unies se sont aujourd'hui engagés à continuer de soutenir la paix et la stabilité en République centrafricaine les Etats membres des Nations Unies se sont aujourd'hui engagés à continuer de soutenir la paix et la stabilité en République centrafricaine, lors d'une réunion tenue en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. L’objectif de la réunion était de maintenir l'élan politique en République centrafricaine au-delà de la transition, et de rechercher un soutien global pour la mise en œuvre des résultats immédiats et les plus urgents du Forum de Bangui.
 
Les tâches les plus pressantes comprennent le désarmement et la démobilisation des anciens combattants, la justice et la réconciliation, la gouvernance et le développement économique, dont la restauration de l'autorité de l'Etat et le financement des prochaines élections.
 
Le week-end dernier, des incidents ont soudainement éclaté à Bangui, faisant plusieurs morts et plus de 100 blessés provoquant ainsi le déplacement de milliers de femmes, hommes et enfants qui ont trouvé refuge dans les sites pour personnes déplacées ou chez certains parents.
 
Bien que la situation se soit stabilisée ces derniers mois, ces affrontements rappellent que la stabilité de la RCA demeure précaire.

« Nous ne pouvons laisser quiconque remettre en question les résultats obtenus au cours de l'année écoulée et faire fi des aspirations de la vaste majorité des Centrafricains à la paix et à une vie meilleure. »  a déclaré Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies dans son allocution d'ouverture du sommet de l’ONU.
 
Par ailleurs l'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement, Helen Clark a déclaré en ces termes : « Nous devons agir maintenant pour briser le cycle de la violence en République centrafricaine et remettre le pays sur la voie du développement durable».

Elle a également ajouté : « Cela nécessitera la promotion de forces militaires et de police professionnelles, ainsi que la démobilisation des ex-combattants. Il faudra aussi assurer la justice et la réconciliation, la création d'emplois et l'amélioration des infrastructures dans tout le pays, ».
 

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux les opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a quant à lui souligné : « Il est donc essentiel que la transition se poursuive et qu'elle soit parachevée avec des élections démocratiques d'ici la fin de l'année. »

Le Secrétaire général adjoint a également rappelé que tous ceux qui agissent contre le processus politique ou qui commettent ou encouragent des crimes – qu'ils se trouvent à l'intérieur ou à l'extérieur du pays – seront tenus responsables de leurs actes.
 
Le gouvernement estime que le coût des trois priorités que sont le désarmement et la démobilisation des anciens combattants, la justice et la réconciliation, la gouvernance et le développement économique, s'élèvera à 202 millions de dollars au cours des 18 prochains mois. Environ 85 millions de dollars restent à financer.

Eric NGABA

 

Comments

comments




Laisser un commentaire