Lettre ouverte de Rodrigue Ningata aux autorités de transition centrafricaine

Notre rectitude morale et notre sens aiguisé de l'honneur nous dictent d'interpeller vos consciences, si vous en avez, sur les conséquences prévisibles qui seront dues à vos comportements néfastes et dévastateurs.

IMAGE PAPI
Ne vous en déplaise, la Centrafrique appartient à tous les Centrafricains et vous persistez à la considérer comme votre propriété et la majorité du peuple Centrafricain les indigènes du 3ème millénaire.
Le pouvoir qui vous aveugle, est fugace quel que soit sa durée.


Vous devez comprendre les évolutions nécessaires et les accomplir pendant qu'il en est encore temps, ou bien la folie des hommes l'emportera et il viendra un jour, peut être très prochain, d'un soulèvement imprévisible qui nous conduira rapidement à un totalitarisme aveugle, amenant inéluctablement son cortège de nouveaux tyrans et étranglant toutes les libertés.


A partir du moment où des hommes "imposés", assument de hautes responsabilités de l'état, toutes les "qualités" de ces derniers doivent s'orienter vers les tâches supérieures, c’est à dire, servir leur pays et faire la preuve en entreprenant les réformes nécessaires et de gérer efficacement les affaires du pays.


Pour tout dire, ils doivent opérer le changement en faisant vivre en même temps les réformes économiques, sociales et politiques.


Et pour y parvenir, il faudrait qu'ils défendent toutes les libertés qui seront propices à l'épanouissement des Centrafricains.
Que garder cet esprit conservateur et rétrograde intimement lié au mensonge et à la démagogie, mènera tout droit à la violence.


L'emprise, de cette caste d’éléments indignes, égoïstes et pilleurs qui ont séquestré notre patrie, doit être neutralisée en luttant avec toutes les forces vives de la nation contre elle, pour la survie de tout un peuple et les générations futures. 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire