Litige foncier : Meckassoua visité par les « fantômes » de Zarzamora?

Kangbi-ndara.info/ La mystérieuse forêt de Lobaye au sud de Centrafrique vomit un document qui compromettrait la matrice des titres fonciers des parcelles de terrain Zarzamora et Kempenneers récemment achetés par Abdou Karim Meckassoua, président du Parlement centrafricain.

Si les documents actuellement en possession de la justice attribuant les propriétés Kempeneers et Zarzamora aux copropriétaires Emilie Rolland, Michel Rioual et Christian De Tudert, un autre document présente Nicole Jacquier comme la véritable propriétaire desdites parcelles. 

Ledit document sort de la Préfecture de la Lobaye, il est mis à disposition de Kangbi-ndara pour toute fin utile par une source proche de Nicole Jacquier afin de faciliter la compréhension du litige foncier opposant le président le l’Assemblée Nationale Abdou Karim Meckassoua et le mécanicien Fulgence Zimbi.

D’après le document « inattendu », une procuration faite en Suisse le 31 mai 1989, Madame Nicole Jacquier, née le 1er août 1953 à Bangui et demeurant à Genève, propriétaire d’une concession à Bangui dont les titres fonciers portent les numéros : 1966 et 2029, donne pouvoir à un certain monsieur Pierre Ampoux né le 25 janvier 1931 à Marseille et domicilié à Bangui afind e le représenter pour la vente de sa propriété. Il s’agit évidemment des propriétés fonciers Kempeneers et Zarzamora.

A la lumière des documents en possession des parties et de la justice, le nom Nicole Jacquier n’y figure, sans doute, nullement. Ni dans la matrice foncière encore moins dans les procédures d’acquisition des parcelles de terrain par Emilie Rolland, Michel Rioual et Christian Tudert.

Le bonus temps, après vérification auprès de la Mairie de Bangui, Nicole Jacquier n’a jamais vu le jour à Bangui et n’est jamais enregistrée le 1er août 1953. Même son de cloche en France où les enquêtes ont donné plus de 500 noms Jacquiers mais aucun n’a affirmé être née à Bangui et en lien avec les propriétés foncières Kempenneers et Zarzamora.

Or, un autre document, une copie du titre de propriété, révèle que les copropriétaires du terrain querellé (Rolland, Rioual et De Tudert) l’ont acheté des mains de Nicole Jacquier à hauteur d’un million quatre cents mille francs CFA. Une révélation contraire au montant de 450.000 francs français soit près de 45.000.000 de francs CFA mentionnés dans les documents de vente de Monsieur De Tudert  du 1er février 1990.

Pour certaines de nos sources proches de la justice centrafricaine, cette affaire sent vraiment le roussi et la propriété, vraisemblablement, vendue à Meckassoua repose sur une montagne de faux dossiers. Une situation qui risque de compromettre toute la procédure judiciaire actuelle si la justice n’oblique le droit chemin.

Ce qui sent les couilles d’une hyène dans cette affaire est le retrait irraisonné de madame Arlette Sombo Dibele, avocat ayant demandé son omission du tableau en Centrafrique et qui a assisté, dans la capitale centrafricaine le 11 septembre 1995, en qualité de témoin lors du seing privé des sieurs Christian De Tudert et Michel Rioual.

Quelques questions pourraient être posées entre mille : qui est le véritable propriétaire des titres fonciers n°19-66 et 20-29 ? Où se trouve actuellement Nicole Jacquier ? Qu’explique le silence des copropriétaires de leurs retranchements depuis que le nouvel acquéreur est mis en difficulté après achat de Kempenners et de Zarzamora ?  Meckassoua n’a-t-il pas versé ses 75.000.000 de francs CFA dans la poche des truands déguisés?

Nul doute, cette affaire de litige foncier n’en est pas à sa dernière révélation. Les sources de Kangbi-ndara promettent du croustillant au prochain menu.

Affaire à suivre…

Comments

comments




Laisser un commentaire