Manipulation : le Pur désapprouve la face cachée de l’initiative du PUN

pur

PARTI DE L’UNITE ET DE LA RECONSTRUCTION

« P.U.R »

UNITE -TRANSPARENCE – TRAVAIL           

BP : 1526 BANGUI (RCA)

TEL: +236 726 086 61 – +236 751 249 36

Email:pur.rca14@gmail.com – Web site: www.pur-rca.org

 

Présidence

*****
Secrétariat Général
*****
N°  003 /PUR/PR/SG.15

COMMUNIQUE DE PRESSE NO :  PUR/PR/SG/003/15

A l’initiative du Parti de l’Unité Nationale (PUN), deux réunions de concertations, regroupant plusieurs formations politiques, se sont tenues, respectivement les samedi 17 et 24 février 2015 dans la salle de conférence de la Faculté de Théologie (FATEB) à Bangui.

L’objectif avoué de ces rencontres entre les partis politiques centrafricains, selon les organisateurs, est d’une part de réfléchir sur la situation sécuritaire qui prévaut dans le pays et d’autre part appuyer la transition en cours en République Centrafricaine.

Le PUR se félicite du réveil tardif des leaders politiques centrafricains qui ont enfin compris la nécessité de se rassembler, de se pencher sur les problèmes cruciaux afin d’entrevoir l’avenir de notre pays.

Toutefois, le PUR tient à relever que la face cachée de ces initiatives n’honore pas la classe politique centrafricaine que nous voulons responsable et visionnaire. Il est crucial de renouveler la classe politique centrafricaine si nous voulons encore croire en l’existence de notre nation !

De ce fait, nous dénonçons la manipulation qui entoure cette dynamique tant louable. Il est établi que cette initiative est pilotée de loin par les ennemis de la nation centrafricaine qui voudraient profiter de la situation actuelle pour créer les conditions afin de rester dans le circuit du pouvoir.

Cette manière d’agir est une insulte vis-à-vis du peuple centrafricain meurtri qui est l’unique victime dans la crise militaro-politique déclenchée par les différents groupes armés, laquelle crise a profité et continue de profiter aux bourreaux de la République.

Le PUR s’oppose à toute tentative de caporalisation de la classe politique dans le but de satisfaire les besoins politico-grégaires d’un certain nombre de leaders qui, hier, ont collaboré avec des rebelles pour se hisser, aujourd’hui, à un certain niveau de responsabilité dans la chose publique.

Le PUR note que le plus important aujourd’hui, n’est pas de créer une caste (coordination) au sein de laquelle la quasi-totalité des formations politiques se retrouverait pour discuter afin d’appuyer la transition en cours dont les limites ne sont plus à démontrer.

Le PUR rappelle au uns et aux autres que l’échec de la première et deuxième transition  depuis mars 2013 n’est un secret pour personne en Centrafrique moins encore pour les hommes politiques.

Le PUR s’oppose à toutes les démarches visant à conduire la classe politique à avoir une seule idée autour des questions fondamentales qui touchent l’intérêt national du peuple centrafricain avant le forum de Bangui en 2015.

Il n’est plus question aujourd’hui de soutenir une équipe qui a échoué dans une mission précise que la nation lui a confiée à un moment aussi critique de son histoire.

Tout en louant l’idée de rassemblement des leaders politiques, le PUR précise qu’il est essentiel que l’ensemble de la classe politique se penche sur des questions nationales qui se profilent après les échéances de 2015 (vide constitutionnel à venir et le non respect des engagements signés entre les belligérants), le rétablissement de la sécurité et la relance de l’économie. 

Nous proposons que des réflexions soient menées afin d’éviter des manipulations extérieures et intérieures qui ne cadrent pas aux réalités ni aux attentes d’un peuple écrasé comme cela est le cas en RCA depuis mars 2013.

Par la même occasion, le PUR appelle la médiation internationale à faire preuve de sérieux dans le traitement du dossier centrafricain car depuis très longtemps, c’est en usant des liens d’affinité basés sur l’amitié et la confrérie que la médiation traite du dossier centrafricain, ce qui ne permet pas d’avoir les résultats escomptés pour relever le peuple centrafricain meurtri à cause de l’amateurisme et la gourmandise politique de plusieurs de ses cadres politiques qui aujourd’hui font tout pour se maintenir ou revenir au pouvoir.

 

Fait à Dar es Salaam le 27 février 2015

 

Le Président

Eddy Symphorien Kparekouti

Comments

comments