Manipulation : l’équipe Meckassoua organise des troubles dans la capitale

Kangbi-ndara/info/ Un mémorandum élaboré, un million (1.000.000) de francs CFA remis à certains leaders des associations de la Société Civile et des mobilisations violentes sont prévues dans la capitale centrafricaine pour dissuader les députés à ne pas destituer le président de l’Assemblée Nationale, Abdou Karim Meckassoua.

Leurs noms reviennent encore ce 23 octobre 2018 dans le projet d’une paralysie profonde de toutes les activités dans la capitale au nom de la destitution du PAN Meckassoua.

Il s’agit en effet du courtier de Meckassoua dit Abou de Toulouse, du neveu du PAN Chamsou, du chef de Cabinet particulier du Meckassoua Alfred le Grand Ngaya, d’un certain Djibile Matar, d’Ibrahim Yamananguia et d’Abakar Assabaroul, mobilisateurs de jeunes pour faire blocage à la destitution du PAN.

Les images de ceux cités ci-dessus circulent présentement sur les réseaux sociaux.

Il n’est point de doute, Meckassoua tient plus à son image qu’au retour de la paix dans le pays.

Selon nos informations, hier lundi dans un maquis banguissois nommé Lune de Miel dans le 1er arrondissement de Bangui, des proches de Meckassoua notamment Wenezoui, Alfred Le Grand Ngaya, Thierry Georges Vackat et un certain chef anti-balaka surnommé 12 puissances y ont tenu une réunion d’incitation aux troubles afin que les députés reviennent sur leur volonté de destituer le PAN Meckassoua.

Une enveloppe d’un million de francs CFA, sur les six millions du montant du pick-up vendu par le PAN vendredi 19 octobre 2018, a été offerte aux personnalités rassemblées à Lune de Miel par le chef de cabinet particulier du PAN Alfred le Grand Ngaya.

Par ailleurs, on signale ce jour l’entrée de jeu de l’ancien 1er vice-président de l’assemblée l’honorable Aurélien Simplice Zingas aux côtés du député Mokamanade catalogué détourneur de fonds des marchés publics de l’Etat et très mal élu comme son protégé le PAN Abdou Karmir Meckassoua.

A l’allure où Meckassoua et ses sbires s’agitent pour qu’il ne soit pas destituer, tout laisse croire qu’il couvre des vérités liées à la crise centrafricaine. Lesquelles vérités risquent d’ensevelir pour de bon Abdou Karim Meckassoua.

Si Meckassoua ne se reproche rien comme il le prétend, le mieux serait de laisser l’opinion jugée et trancher en sa faveur. Ce forcing trahit bien de choses.

Le clan Meckassoua travaille sur un mémorandum destiné au Président de République Faustin Archange Touadera afin que leur mentor ne subisse l’humiliation de la destitution.

Jules Pindao pour Kangbi-ndara




Laisser un commentaire