Manquement aux devoirs de sa charge : les députés veulent la destitution de Meckassoua

Kangbi ndara.info/Pour avoir invité les députés au siège de son organisation politique et pour s’être déclaré directeur de campagne de certains candidats au détriment des autres, le président de l’Assemblée Nationale (PAN), Abdou Karim Meckassoua est jugé partiale par certains de ses collègues qui montent déjà sa procédure de destitution.  

Plusieurs députés ont accordé leurs violons pour exiger la démission du président de l’Assemblée Nationale l’honorable Abdou Karim Meckassoua conformément aux dispositions de l’article 12 de la loi n°17.011 du 14 mars 2017 portant règlement de l’Assemblée Nationale.

Dans un document y relatif parvenu à la rédaction de KN, il ressort que Meckassoua ne peut assurer une présidence impartiale des élections des membres du bureau car « En sa qualité de président de l’Assemblée, l’Honorable Meckassoua ne devrait plus tenir des réunions politiques relatives au fonctionnement de l’Assemblée Nationale en dehors de l’hémicycle « .

Le document poursuit que  » cette prise position publique suivie d’injures à l’endroit de certains collègues appelle les conclusions ci-après : le PAN ne peut plus prétendre être le président de tous les députés ; les relations entre le PAN et les nouveaux membres du bureau qui ne seraient pas ses préférés pourraient constituer un blocage pour le fonctionnement de l’institution ; le niveau de corruption introduite à l’Assemblée Nationale par le PAN à savoir distribution d’argent, promesse de véhicule ternit l’image de l’Assemblée Nationale pourtant creuset de la démocratie et de la bonne gouvernance ; le PAN créé une division stratégique entre députés pour mieux régner ; plusieurs dossiers accablent le PAN au niveau de la justice d’après le Parquet Général ; les services de l’Assemblée Nationale notamment les commissions permanentes manquent cruellement de fourniture de bureau alors que des décaissements d’énormes sommes d’argent à l’Assemblée Nationale ont été effectués par le Ministère des Finances et du Budget ».

Le document conclu que tous ces faits constituent  » des manquements très graves «  susceptibles d’écorcher l’image de l’Assemblée Nationale, d’entraîner son implosion et de bloquer son fonctionnement.

Kangbi ndara




Laisser un commentaire